Pêche maritime : Le poulpe en repos biologique du 16 septembre au 15 décembre

Pêche maritime : Le poulpe en repos biologique du 16 septembre au  15 décembre

Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a annoncé mardi la fermeture de la pêche au poulpe le long du littoral national du 16 septembre au 15 décembre.

La pêche au poulpe sera suspendue pour une période de repos biologique de trois mois pour protéger le stock parental et assurer sa reproduction dans les zones de pêche maritime tout au long du littoral du Royaume, a annoncé le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime.

La durée de la suspension pourrait être révisée en fonction de l’évolution des indicateurs biologiques de cette pêcherie menée par l’Institut national de recherche halieutique (INRH). Le repos biologique rentre dans le cadre du plan d’aménagement de la pêcherie «poulpière» et de la stratégie Halieutis.
Cet arrêt biologique de la pêche au poulpe vient pour rationaliser l’activité de pêche, et éviter l’épuisement du quota des captures de poulpe fixé et ce, sur la base de la répartition fondée sur les résultats des données d’exploitation et l’effort de pêche au niveau de chaque zone. Selon cette décision paraphée par la secrétaire générale du ministère de la pêche maritime, Zakia Driouich, le chalutage est interdit dans la zone comprise entre Sidi L’Ghazi (nord de Boujdour) et Lagouira et appelle tous les chalutiers à quitter cette zone.
Pour les autres espèces marines, le document souligne que les chalutiers hauturiers sont autorisés à opérer au-delà de 10 milles marins à partir de la côte à condition d’obtenir les autorisations préalables. Pour les chalutiers côtiers, la zone autorisée est située entre 3 et 6 milles marins.

Les barques de pêche artisanale peuvent travailler dans les différents points autorisés, alors qu’aucun pourcentage de poulpe ne sera accepté pour ces trois segments. Cette décision interdit également l’utilisation des chaluts cascadeurs à grande ouverture verticale (GOV) dont la taille des éléments constitutifs du bourrelet, en l’occurrence les rondelles de caoutchouc, dépassent 160 mm, tandis que des sanctions sont prévues contre les contrevenants des dispositions de cette décision. Notons que le quota global de poulpe pour la dernière saison d’été a été fixé à 13.000 t pour les trois segments de pêche, à hauteur de 8.190 t pour le segment hauturier, 1.430 t pour le segment côtier et 3.380 t pour le segment artisanal à Dakhla.

Pour rappel, le quota de poulpe fixé pour la campagne d’hiver (1er janvier-15 avril) s’élevait à 6.729 tonnes, pour une valeur globale estimée à 599,86 millions de dirhams, alors que les débarquements dans les ports de Dakhla-Oued Eddahab ont atteint 5.706 tonnes pour une valeur globale de 394,39 millions de dirhams.
Les prix de vente des poulpes avoisinent les 100 DH/kg, soit plus que le double de la moyenne réalisée lors de la saison hivernale qui était de 48,50 DH/kg. La flotte de pêche du segment artisanal de Dakhla opère à partir des villages de pêche de Labouirda, Lassargua, N’tireft et Imoutlane et emploie entre 3.000 et 8.000 marins-pêcheurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *