Pêche maritime : Un nouveau point de débarquement aménagé mis en service à Tiznit

Pêche maritime : Un nouveau point de débarquement aménagé mis en service à Tiznit

Il a nécessité une enveloppe budgétaire de près de 19,8 millions DH

La consommation locale absorbe une bonne part du produit de la pêche côtière dans la région, soit un volume de 13.609 tonnes, représentant une proportion de 51,34%.

La région Souss-Massa vient de se doter d’un nouveau point de débarquement aménagé (PDA) à Gourizim, relevant de la commune d’Arbaa Sahel (province de Tiznit), avec une enveloppe budgétaire de près de 19,8 millions DH et qui constitue un outil technique contribuant au développement social et économique des communautés de pêcheurs.
Ce projet, qui bénéficie à 80 marins-pêcheurs opérant sur 20 embarcations artisanales, a consisté en l’aménagement de 19 entrepôts pour pêcheurs et deux autres pour les marchands de gros de poisson, des ateliers de réparation des barques et des moteurs, des boxes jerricanes, une halle aux poissons, une chambre froide, une fabrique de glace, un bureau pour la coopérative des pêcheurs, une salle polyvalente, et une zone de mouillage des barques.

Le PDA de Gouirzim procède d’une vision partagée de pouvoir améliorer les conditions de vie et de travail des populations concernées et de leurs familles, faire bénéficier ces populations de la considération qui leur est due, par une prise en compte de leurs préoccupations dans les politiques régionales de développement, défendre leurs intérêts via les organisations professionnelles, mettre en réseau les acteurs de la filière pêche artisanale et de mobiliser l’expertise nationale et internationale.

Celui-ci vient pour renforcer le secteur de la pêche maritime, et qui constitue le troisième atout économique de la région, après l’agriculture et le tourisme, en raison de son rôle primordial dans le développement du secteur des industries de transformation, localisée dans une frange littorale qui s’étend sur la façade atlantique sur un linéaire de 180 km. Cette zone côtière constitue un pôle d’attraction important pour les activités socio-économiques d’intérêt régional, compte tenu de son poids démographique, économique et de sa fonction dans l’organisation de l’espace régional.
Notons que la consommation locale absorbe une bonne part du produit de la pêche côtière dans la région, soit un volume de 13.609 tonnes, représentant une proportion de 51,34%. Le reste de la production est exploité dans des industries de transformation, en particulier l’industrie de conserverie (47,68%).

La région dispose d’une flottille de pêche côtière importante et diversifiée. La quasi-totalité de cette flotte est concentrée dans le port d’Agadir, soit 1.108 bateaux en 2018. La pêche artisanale est très développée, le nombre de bateaux en activité dans la région s’élève à plus de 1.465 en 2017. En effet, celle-ci mise aujourd’hui sur le développement de l’aquaculture à travers le lancement de 24 projets aquacoles, notamment au niveau des zones conchylicoles d’Imi Ouaddar, d’Imsouane et de Tifnit – Douira – Sidi Rbat, qui abrite également des projets d’algoculture. Ces projets devront contribuer à la création de plus de 670 emplois, au traitement et à la commercialisation de près de 23.240 tonnes d’huitres, et d’environ 38.660 tonnes d’algues, et à la diminution des risques zoo-sanitaires liés à l’importation de ces espèces de l’étranger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *