Performance portuaire : L’amélioration au rendez-vous

Performance portuaire : L’amélioration  au rendez-vous

L’Observatoire de la compétitivité des ports livre son rapport 2020

En dépit de la crise sanitaire mondiale une bonne performance a été enregistrée en 2020 au niveau des ports gérés par l’Agence nationale des ports (ANP). Une performance relevée à plusieurs niveaux notamment en termes de manutention, du traitement du passage de marchandise, de maîtrise de séjour des navires ainsi qu’en termes de dématérialisation et de simplification des procédures de transit portuaire via le guichet unique. Toute cette dynamique, observée dans un contexte sanitaire et économique difficile, a été relevée dans le rapport annuel 2020 de l’Observatoire de la compétitivité des ports marocains. Une première édition qui dresse une analyse détaillée des différents indicateurs du tableau de bord de la performance portuaire au titre de l’exercice 2020. «Ce résultat est le fruit de la convergence des visions et des synergies des efforts de tous les acteurs de l’écosystème portuaire de la poursuite de la politique des grands chantiers dans le domaine des infrastructures portuaires et du déploiement de la stratégie de transformation digitale des ports «Smart port» à travers l’Observatoire de la compétitivité des ports marocains, le guichet unique du commerce extérieur PortNet ainsi que les autres solutions digitales de l’agence», relève-t-on du rapport de l’Observatoire.

Un écosystème pleinement engagé

L’amélioration de la performance portuaire est désormais un impératif de taille compte tenu du poids de la pression concurrentielle qui s’exerce sur les infrastructures portuaires au niveau mondial. L’enjeu étant de mettre en œuvre des mesures d’optimisation des opérations de réduction des coûts, de raccourcissement des délais et de promotion du commerce. La priorité étant également d’assurer un niveau élevé de fiabilité des services et de respect des normes de qualité, de sécurité, de sûreté, de viabilité financière, de préservation de ressources et de protection de l’environnement. Un engagement auquel s’ inscrit l’ensemble de l’écosystème portuaire. Les efforts consentis dans ce sens tendent, en effet, à atténuer les répercussions négatives des pressions qui s’exercent davantage sur les coûts. …./…..
…../…..Une amélioration continue qui, selon l’Observatoire, reflète des actions concrètes de la part des ports, des terminaux, des chantiers maritimes et au cœur des missions de l’ANP qui s’est engagée depuis sa création à œuvrer pour l’amélioration de la compétitivité du commerce extérieur du pays.

Une résilience confirmée en temps de crise

Le rapport de l’Observatoire de la compétitivité des ports marocains revient sur l’évolution de l’activité portuaire au titre de l’exercice 2020. Il ressort que le trafic transitant par les ports gérés par l’ANP a affiché une progression de 5,1% grimpant ainsi à 92,5 millions de tonnes contre 88 millions de tonnes en 2019. Les importations ayant transité par les ports gérés par l’ANP se sont établies à 56,1 millions de tonnes en hausse de 4,4% comparé à l’exercice 2019. Une progression qui résulte de la hausse de 34,4% des importations des céréales, de 8,8% de celles du soufre, de 29,6% de celles de l’acide sulfurique et de 17,5% de celles de l’ammoniac. «D’autres trafics ont été fortement impactés par la crise sanitaire mondiale notamment le trafic conteneurisé», souligne l’Observatoire dans son rapport relevant une baisse de 5,7% en tonnage et une baisse de 4,5% en EVP. Il en est de même pour les hydrocarbures et les produits sidérurgiques dont les trafics ont reculé respectivement de 11,5 et 11,1%. Se référant aux indicateurs disponibles, la valeur des importations a connu un repli de 14,1% revenant ainsi à 422 milliards DH en 2020. Les exportations ont affiché pour leur part une progression de 7,6% totalisant un volume de 33,5 millions de tonnes. Une variation qui s’explique par la hausse de 34,3% des exportations des engrais et de 4,3% de celles des phosphates. A ce niveau, le trafic conteneurisé a enregistré une hausse de 3,8 % en tonnage (3,9 millions de tonnes) et une baisse de 2,9 % en EVP (équivalent vingt pieds), soit 517.556 EVP. En valeur, les exportations des biens se sont chiffrées à 263 milliards de dirhams au terme de l’année 2020 en repli de 7,5% par rapport à l’année précédente.
L’activité cabotage a porté quant à elle sur un volume de 2,9 millions de tonnes en baisse de 7,2%. Une contraction qui résulte du repli en tonnage (-3,3%), des hydrocarbures (-12,6%) et du clinkers (-57,6%).

Panorama de la performance de 3 principaux ports du Maroc

Port de Casablanca

Captant 32,8% du trafic global, le port de Casablanca a assuré le transit de 30,3 millions de tonnes en 2020 affichant ainsi une hausse modérée de 0,06% comparé à la même période de l’année précédente. Une variation qui résulte à la fois de l’évolution positive des importations (+2,8%) ainsi que du repli des exportations (-2,8%). La répartition du trafic par mode de conditionnement fait ressortir une prédominance du trafic en vrac. On note dans ce sens une part de 60,2%, soit un volume de 18,3 millions de tonnes dont 17,8 millions de tonnes de vracs solides et de 0,5 million de tonnes de vracs liquides. En parallèle, le volume des marchandises générales enregistre en 2020 une valeur moyenne de 12 millions de tonnes. En termes de connectivité maritime, le port de Casablanca a été desservi par 2.499 escales après 2.820 escales en 2019 en baisse de 11,8% par rapport à 2019, soit une moyenne d’environ 208 escales par mois. Pour ce qui est de la connectivité terrestre, il ressort que 58% des marchandises autres que le trafic des conteneurs transitant par le port de Casablanca sont transportées par camion. Le transport ferroviaire représente pour sa part 42%. Il est à noter que le délai de séjour de conteneurs à l’import a atteint une valeur moyenne d’environ 8 jours marquant un repli de 5,6% par rapport à l’année précédente. En revanche, le séjour des conteneurs à l’export a enregistré une hausse de 4,6% s’établissant à 9 jours après 8,6 jours en 2019.

Port de Jorf Lasfar

En 2020, le port de Jorf Lasfar a confirmé sa première place en termes de tonnage avec une quote-part de 40% du trafic global. L’activité au niveau du port a connu sur ladite période une nette amélioration. Le trafic traité à ce niveau s’est amélioré de 4,5% atteignant à fin 2020 les 37,1 millions de tonnes. L’exercice 2020 a été marqué par une amélioration de 56% de la productivité de manutention des navires charbonniers au niveau de Jorf Lasfar. Cette dernière a atteint les 16.283 tonnes par jour contre 10.436 tonnes en 2019. L’amélioration de la productivité de manutention du charbon résulte en effet de la forte baisse du délai d’attente des navires charbonniers en rade. Ce délai est passé à 2,1 jours contre 4 jours en 2019, soit une baisse de 46,7%. En parallèle, l’Observatoire relève une évolution positive du rendement à quai des navires charbonniers avec une valeur moyenne de 35.370 tonnes par jour.

Port d’Agadir


Le port d’Agadir voit pour sa part son trafic s’améliorer de 18,2% en 2020. Cette infrastructure a été desservie durant l’année écoulée par 968 escales en amélioration de 2,4% par rapport à l’année précédente. Le port d’Agadir a été en effet connecté par 7 lignes régulières directes en 2020 contre 10 une année auparavant. Il est ainsi relié à 16 ports à travers le monde, soit à 14 pays. En termes de préservation de l’environnement, la consommation annuelle d’électricité du port a marqué une hausse de 6% au terme de l’année 2020 avec un volume moyen de 18.691 kwh. La consommation annuelle du port a marqué, pour sa part,
une hausse de 4% avec une quantité moyenne
de 348.845 mètres cubes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *