Pluviométrie, production arboricole, exportations… De bonnes perspectives agricoles en 2020-2021

Pluviométrie, production arboricole, exportations… De bonnes perspectives agricoles  en 2020-2021

«Le cumul pluviométrique moyen national au 13 janvier 2021 s’est élevé à 180,6 mm, en hausse de 50% par rapport à la campagne précédente (120,3 mm) à la même date et de 5% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (172,2 mm)»

La campagne agricole 2020-2021 démarre sous de bons auspices. «Les pluies importantes qui ont touché l’ensemble du territoire national à partir de la 3ème décade du mois de novembre 2020 ont permis de résorber progressivement le déficit pluviométrique qui a atteint 21,4% au 31 décembre 2020. En effet, le cumul pluviométrique moyen national au 13 janvier 2021 s’est élevé à 180,6 mm, en hausse de 50% par rapport à la campagne précédente (120,3 mm) à la même date et de 5% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (172,2 mm)», fait observer la dernière note de conjoncture de la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE – janvier 2021). Les détails.

Arboriculture : Après la pluie, le beau temps

La saison agricole 2020-2021 s’annonce prometteuse. Concernant la production arboricole, les premières estimations du ministère de l’agriculture dévoilent une croissance de 29% pour les agrumes, attribuée à l’effet des températures relativement clémentes durant les périodes de floraison et de nouaison et de l’entrée en production des nouvelles plantations. Sur le plan des exportations, et face à l’offre relativement limitée des principaux concurrents du Maroc et d’une demande internationale soutenue pour les agrumes dans le sillage de la pandémie, une progression de 10% est prévue. S’agissant de l’olivier, on notera une amélioration de 14% de sa production en raison de l’effet positif des pluies des mois d’avril et mai qui ont favorisé la nouaison et le développement des fruits. Dans le même sens, l’effet de l’alternance de l’olivier a coïncidé lors de cette campagne avec un cycle haut de production, précise la même source. Les mêmes estimations présentent une croissance de 4% pour la production du palmier dattier en comparaison avec le record atteint l’année passée. «Cette performance record est due aux effets positifs des conditions climatiques et à l’impact du programme de plantation de 1 million de palmiers», relève-t-on.

Dynamique des exportations

Malgré le contexte international de crise en raison de la Covid-19, la campagne d’exportation des produits agricoles 2020-2021 est sur une bonne dynamique. «En effet, les exportations des produits maraîchers ont enregistré un volume de 214,5 mille tonnes (du 1er septembre au 22 novembre), en hausse de 15% par rapport à la campagne précédente. Pour leur part, les exportations de clémentines se sont élevées à 106,6 mille tonnes, en augmentation de 60%», affirme la même source rappelant que cette tendance favorable a concerné également les expéditions de la tomate qui ont progressé de 3% pour atteindre un volume de 117,4 mille tonnes. On observera aussi qu’au niveau des fruits rouges, les exportations de la framboise s’élèvent à 6,5 mille tonnes, augmentant de 17% comparativement à la campagne agricole de l’année passée.

Quelques faits de la campagne 2019-2020

Parmi les tendances favorables qui ont été relevées au cours de la campagne agricole 2019-2020, on compte au niveau des filières : les produits maraîchers dont les exportations ont enregistré un volume de l’ordre de 1,4 million de tonnes, en hausse de 12% par rapport à la campagne 2018-19. Pour leur part, les expéditions de la tomate ont marqué une progression de 5%. Dans le même sens, une hausse importante de 22% a été enregistrée au niveau des fruits rouges.

Pour ce qui est du cheptel, les précipitations des mois de mars et d’avril avaient participé à «l’amélioration de la situation des ressources fourragères des parcours et à l’atténuation de l’impact de la sécheresse sur le revenu des éleveurs», indique la DTEF. Il faut par ailleurs souligner que la campagne agricole 2019/2020 a été caractérisée par un déficit pluviométrique important et une mauvaise répartition temporelle des pluies. A fin mai 2020, le cumul pluviométrique était de 239 mm, en recul de 31% par rapport à la moyenne de 30 ans et de 19% par rapport à la campagne précédente. Durant la campagne 2019-2020, la production des trois principales céréales avait atteint 32 millions de quintaux, en sensible recul de 39% comparé à la campagne précédente et de 57% par rapport à la production moyenne de 75 millions de quintaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *