Port de Casablanca : Le projet du nouveau terminal de croisières en marche

Port de Casablanca : Le projet du nouveau terminal de croisières en marche

L’Agence nationale des ports (ANP) poursuit sa stratégie de renforcement de l’infrastructure portuaire. Celle-ci est l’une des pièces maîtresses de l’attractivité touristique du pays.

De ce fait, les ports doivent répondre à des logiques spatiales plus adaptées au tourisme de croisière bénéficiant des aménités de chaque région. Dans cette perspective, l’Agence a lancé la construction du nouveau terminal de croisières situé sur la jetée Moulay Youssef du port de Casablanca au niveau de l’ancien poste pétrolier. Ces travaux englobent également l’aménagement sur ses terre-pleins d’une gare maritime répondant aux standards internationaux.

A cet effet, l’ANP explique que «le terminal permet d’assurer une interaction ville-terminal de croisières ambitieuse par un traitement des interfaces de qualité (accès sur le site) et la création d’un paysage portuaire de qualité par l’aménagement des espaces extérieurs agréable pour l’attente et le contrôle des passagers qui arrivent à pied ou en véhicules au terminal». A ce stade, l’agence travaille sur la définition du régime d’exploitation de cette nouvelle infrastructure de croisière du port de Casablanca. Pour ce faire, un benchmark s’inspirant de la gestion des ports de croisières similaires (comme les ports de Marseille, de Tenerife, Lisbonne ou encore de Barcelone) est proposé.

Il s’agit de s’atteler sur l’accueil des paquebots de croisière, la qualité des prestations rendues aux passagers, la gestion de l’espace et des flux, les tarifs de l’activité de croisière ou encore la relation port/ville pour la mise en valeur et le développement de l’activité. Il faut dire que depuis plusieurs années, le port de Casablanca connaît un flux important des bateaux en escale venant de plusieurs pays de la région. Pour l’heure, ces bateaux sont accueillis sur des quais non spécialisés pour le traitement de ces navires.

En attendant le retour en masse des croisiéristes

Un peu partout dans le monde la pandémie de Covid-19 a stoppé net la croissance continue du secteur des croisières qui était à son pic en 2019. Néanmoins, le retour du secteur se fait progressivement. «L’ANP ambitionne d’ériger à terme le port de Casablanca au niveau de la tête de ligne pour ce trafic (point de départ de la croisière). Le nouveau terminal de croisières ne devra donc rien à envier en termes d’organisation, de gestion, de sécurité et de sûreté, aux installations similaires des autres villes portuaires internationales spécialisées dans l’accueil des paquebots», explique l’Agence.

Le nouveau terminal pour les croisières rentre dans le cadre du développement de l’offre touristique. «Cette infrastructure, dont la capacité d’accueil atteindra les 450.000 croisiéristes par an, permettra l’amélioration de la qualité des conditions d’accueil des croisiéristes et des paquebots par : Une augmentation de la taille des bateaux pouvant accoster au port de Casablanca ainsi que le nombre de touristes, en rotation accélérée des navires, facilitation et fluidification des contrôles à la frontière des touristes et traitement des bagages… », souligne la même source. Notons par ailleurs que depuis l’avènement de la pandémie de Covid-19, hormis le port de Nador, l’accès aux autres ports gérés par l’ANP est suspendu pour tous les navires de plaisance, de croisière et de passagers. A fin août de l’année 2021, le trafic des passagers ayant transité par le port de Nador a atteint 88.018 passagers, affichant une baisse de 67,3% par rapport à la même période de l’année 2020.

 

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *