970x250

PortNet booste la digitalisation du commerce extérieur

PortNet booste la digitalisation du commerce extérieur

Rétrospective des dates clés

Continuer à être une référence dans l’intégration de la chaîne d’approvisionnement et la stimulation du commerce international inclusif pour atteindre les objectifs mondiaux de développement durable. C’est la vision clairement affichée par PortNet qui depuis sa création en 2008 poursuit une stratégie ambitieuse d’accompagnement et d’accélération de la digitalisation de la chaîne logistique du commerce extérieur avec l’objectif d’améliorer le climat des affaires au profit des opérateurs économiques. Sa principale mission serait d’accélérer par l’innovation, l’utilisation de la technologie et l’intelligence communautaire la compétitivité du commerce extérieur et la logistique marocaine. Fruit d’un partenariat entre les acteurs de l’écosystème du commerce international, PortNet a donc été lancé il y a presque 14 ans maintenant par l’Agence nationale des ports. En capitalisant au fil du temps sur son expérience en matière d’implémentation de guichets uniques du commerce extérieur et de mise en place de systèmes portuaires communautaires. PortNet fait le pari de réussir le défi de la transformation de ce secteur d’activité qui constitue une composante incontournable de l’économie marocaine.

Opérationnel depuis 2011, suite au déploiement du projet pilote de dématérialisation des documents d’escale des navires au niveau du port de Casablanca, le guichet unique PortNet s’est imposé comme une alliance réussie de partenariat public-privé (PPP). En 2015, ce service a été marqué par la généralisation et le déploiement au niveau national de la gestion électronique des titres d’importation, suivi en 2016 par l’initialisation des travaux relatifs à l’échange des informations de pesage à l’export sur PortNet puis en 2017 le lancement de l’annonce électronique, via PortNet, des préavis d’arrivée des conteneurs destinés à l’export au port. L’année suivante, le portail d’informations logistiques et commerciales à l’international «Trade Sense» a été mis en service avec le lancement de la première solution communautaire de paiement multicanal.

Et ce n’est pas tout. PortNet a déployé en 2019 la souscription en ligne de ses services. Il a aussi lancé la gestion électronique des demandes d’agréments des équipements de télécommunications et a mis en œuvre un service de prise de rendez-vous électronique pour la sortie des conteneurs du port. Au cours de l’année 2020, PortNet s’est focalisé, entre autres, sur la gestion électronique des bons à délivrer maritimes et aériens ainsi que l’identification et la souscription en ligne aux services des parties prenantes. Cette même année a connu la mise en service de l’assistant virtuel «PortNet Bot».

Pour assurer la fluidité de ses solutions numériques, PortNet a continué sa stratégie avec la généralisation du paiement multicanal auprès de toute la communauté du commerce extérieur, à savoir les laboratoires, les bureaux de contrôle, les compagnies maritimes, les administrations publiques, les transitaires, ou encore les opérateurs de manutention. Il a également déployé la même année «Trade Direct», la plate-forme multi-banques dédiée à la gestion électronique des opérations bancaires et des flux financiers à l’international. De nouvelles administrations ont rejoint cet écosystème PortNet comme Amssnur, Laboratoires et centres d’analyse, Onicl, Sosipo ou encore Marsa Maroc. Au cours de l’année dernière PortNet a également lancé une plateforme de business intelligence baptisée «Portnet’s KPI». Pour PortNet, les objectifs sont d’accroître l’efficacité des chaînes logistiques des opérateurs économiques et des fournisseurs de services publics et privés. Pour ce service, il s’agit aussi d’offrir à la communauté en faisant partie un parcours 100% digital et une expérience client inédite.

Plus encore, les solutions de ce guichet unique sont conçues pour réduire l’incertitude liée aux délais et aux coûts logistiques et améliorer la gouvernance et la transparence dans les relations entreprises-administrations. Il est également question de renforcer la traçabilité des opérations et booster les capacités d’anticipation et de planification, à travers la bonne circulation des flux d’informations.
Dans ce schéma, PortNet travaille sur l’accélération du passage frontalier des marchandises à l’import et à l’export et la simplification des procédures et formalités d’entrée et de sortie des marchandises.

Généralisation du bon à délivrer électronique

Pour la digitalisation totale du passage portuaire des marchandises importées, l’Administration des douanes et impôts indirects et l’Agence nationale des ports avaient lancé en juillet 2022 la généralisation du Bon à délivrer (BAD) électronique pour l’enlèvement des marchandises dédouanées. «Ayant la même force probante que le BAD papier, le BAD électronique a été mis en service en 2020 par l’ADII pour digitaliser et simplifier l’accomplissement des formalités de dédouanement. A présent, le BAD électronique est généralisé à l’accomplissement des formalités d’enlèvement des marchandises dédouanées via la plate-forme PortNet, entre d’une part les agents maritimes consignataires de navires ou les freights forwarders et, d’autre part, les gestionnaires de terminaux», expliquait alors un communiqué des parties concernées. Il s’agit en effet d’une collaboration entre l’ADII, l’ANP, PortNet S.A. et les acteurs de la communauté portuaire.
Cette mesure permet d’assurer l’authentification et la traçabilité des échanges du BAD électronique et tient compte des règles et des contrôles à même de sécuriser et de simplifier les formalités d’enlèvement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *