Pour faire face aux crises majeures : PortNet ajuste son plan de «riposte»

Pour faire face aux crises majeures : PortNet ajuste son plan de «riposte»

Gérer l’imprévisible est un enjeu crucial pour les secteurs vitaux de l’économie nationale.

A juste titre, la gestion du risque constitue un élément clé pour assurer la continuité en temps de crise. Désastres naturels, cyberattaques, défaillances techniques, erreurs humaines… autant de problèmes imprédictibles peuvent interrompre la chaîne de commerce extérieur. En effet, les défis associés à la gestion du risque sont multiples et ne concernent pas la cybersécurité. Preuve en est la disruption massive provoquée par la pandémie. Celle-ci a démontré que la seule façon de s’adapter était d’avoir accès à des données précises, en temps réel. Avec la dématérialisation intense des échanges, les plates-formes d’activités économiques se réinventent. La convergence des systèmes d’informations est un avantage concurrentiel mais elle entraîne des risques qu’il faut gérer. Au coeur de ce processus, PortNet est un système central assurant les échanges commerciaux du Maroc.

En effet, cette plate-forme échange en temps réel plusieurs flux d’informations critiques avec les systèmes d’information (SI) de plusieurs partenaires, à savoir la douane, les autorités portuaires et aéroportuaires, les opérateurs d’exploitation des ports et des aéroports, les agents maritimes, compagnies aériennes, transitaires, importateurs, exportateurs, organismes de contrôle. Dans la pratique, plusieurs procédures liées aux opérations d’import et d’export sont exclusivement traitées à travers ce dispositif. Pour en assurer l’efficacité et parer aux imprévus, PortNet veut mettre à niveau son plan de continuité d’activité. L’objectif étant d’identifier de nouvelles menaces potentielles, ainsi que les impacts que ces risques sur les opérations liées à la plateforme. Il s’agit aussi de renforcer le cadre garantissant la continuité du service, avec une capacité de réponse plus efficace préservant les intérêts de ses principales parties prenantes.

Il faut dire que ce dispositif compte plusieurs partenaires comme l’APRAM (Association professionnelle des agents maritimes, consignataires de navires et courtiers d’affrètement du Maroc), l’AMTRI (Association marocaine des transports routiers internationaux), l’ATADM (Association des transitaires agrées en douane au Maroc), GPBM (Groupement professionnel des vanques du Maroc), l’ANP (Agence nationale des ports, Marsa Maroc), l’ONCF (Office national des chemins de fer, l’ONSSA (Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires), l’OC (Office des changes) ou encore le CNCE (Conseil national du commerce Extérieur).

En effet, les opérations d’import-export suivent un cheminement bien défini qui partent de la réalisation du contrat commercial passant par les opérations de dédouanement jusqu’à la livraison de la marchandise ou son expédition. Ainsi, PortNet travaille sur la mise en oeuvre et le maintien en condition opérationnelle de son plan de continuité d’activités dépendant des acteurs clés de la communauté du commerce extérieur. Cette démarche couvre la continuité des services informatiques ou autres fournis à ses partenaires et à ses clients, la continuité des moyens généraux (ressources informatiques) et la reconstitution des environnements de travail ainsi que la gestion de crise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *