Prochaine saison hivernale : Lydec s’active avant les précipitations

Prochaine saison hivernale : Lydec s’active avant les précipitations

En prélude à la prochaine saison hivernale, la Lyonnaise des eaux de Casablanca s’active à fond.

A cet effet, elle établit, comme elle vient de l’annoncer, «les plans d’actions nécessaires pour la meilleure gestion des futurs épisodes pluvieux». Dans ce sens, l’entreprise mobilise ses équipes et ses moyens d’intervention sur le terrain pour «réaliser les opérations de curage nécessaires du réseau et vérifier les ouvrages au niveau du Grand Casablanca et de Mohammedia». «Des réunions d’information et de coordination sont tenues avec les autorités de la ville», avance la même structure. Lydec dispose ainsi d’un plan d’actions territorialisé détaillant les préparatifs de la saison hivernale. «En particulier, un planning d’hydrocurage du réseau d’assainissement liquide est établi, partagé avec les autorités et en cours d’exécution par le délégataire casablancais, afin de renforcer la capacité des collecteurs et de prévenir les débordements, notamment au niveau des points bas», ajoute la même source.
Pour mener à bien ces actions préventives ainsi que les interventions de terrain lors des épisodes pluvieux, Lydec peut, comme elle l’indique, mobiliser différents moyens. A commencer par ceux humains qui vont de 700 à 1.000 agents, selon l’évolution des bulletins météorologiques, dont des cadres et des opérateurs d’intervention spécialisés dans l’assainissement. Quant aux moyens matériels, ils s’estiment à 241 unités, soit 50 camions hydrocureurs et aspiratrices, 19 mini-cureuses, 165 fourgons, fourgonnettes et camions grues et 7 véhicules 4×4 et 155 pompes dédiées aux différentes interventions sur le réseau d’assainissement.

Déjà, Lydec veille, tout au long de l’année, au bon fonctionnement de plus de 6.800 km de réseaux d’assainissement liquide.
Depuis le début de l’année, et dans le cadre de la maintenance préventive qui se poursuit en préparation de la saison des pluies, Lydec aura, comme elle le précise, «inspecté, à fin 2021, plus de 266 km de réseaux et curé plus de 800 km de réseaux en préventif et plus de
240 km en curatif, ce qui permettra d’extraire environ 25.000 tonnes de sédiments contenus dans le réseau et les ouvrages (soit l’équivalent de la charge de 1.086 camions semi-remorques) ».
En temps de pluie, Lydec met en place un dispositif de pilotage suivant trois niveaux. Il s’agit, en premier, du niveau «Alerte, mobilisation». Le deuxième niveau étant «Déploiement». Au moment où le troisième consiste en «Intervention».

Et ce n’est pas tout. Pour assurer l’assainissement des nouvelles zones urbaines et répondre aux problématiques liées aux débordements en temps de pluie, Lydec mène des projets de renforcement et de renouvellement des réseaux d’assainissement. «Ces investissements sont nécessaires pour continuer d’améliorer la protection de la ville et de ses habitants contre les inondations, en particulier sur les points récurrents de débordement», poursuit la Lyonnaise des eaux. Cette année, le délégataire a achevé la réalisation de trois chantiers d’envergure. Il s’agit de la Galerie de stockage des eaux pluviales à Hay Sadri, du Système d’assainissement des eaux pluviales de la Route Nationale n°1 (RN1), à l’entrée Ouest de Casablanca au niveau de Lissasfa et
du renforcement du collecteur des eaux pluviales «Delure», sur la zone historique de la ville.

«Ces projets ont nécessité un investissement de plus de 570 millions DH et mobilisé une vingtaine d’entreprises marocaines et sous-traitants (fabricants, fournisseurs, bureaux d’études et de contrôle…) et plus de 800 ouvriers», poursuit Lydec.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *