Programme de semi-direct : Plus de 20.000 hectares ciblés dans la phase II

Programme de semi-direct  : Plus de 20.000 hectares ciblés dans la phase II

Le programme de semis-direct fait partie des offres à forte valeur ajoutée lancées par OCP dans le cadre de son programme Al Moutmir.

Initiée en partenariat avec l’Institut National de la recherche agronomique (Inra) et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), cette initiative intervient dans le cadre des efforts déployés par OCP en vue de contribuer à la promotion de mesures d’adaptation de l’agriculture marocaine aux changements climatiques via un développement agricole résilient. «Pilier de l’agriculture de conservation, le semis direct consiste à utiliser des semoirs adaptés avec zéro labour, préservant ainsi les sols, les stocks d’eau et contribue au développement de la vie microbienne des sols», indique le Groupe. Et de rappeler que «cette technique a été introduite depuis plusieurs années par plusieurs institutions et partenaires nationaux : le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural, et des eaux et forêts, l’INRA». Cette initiative a pour objectif d’accélérer l’adoption du semis direct à l’échelle nationale en tant que levier clé du nouveau modèle de transition agro-écologique de l’agriculture dans notre pays.
Ce programme connaît en effet un franc succès. Sa première phase a en effet concerné plus de 10.000 hectares avec 600 plates-formes de démonstration dédiées et 35 semoirs mis à la disposition des agriculteurs. Elle a bénéficié à plus de 2000 agriculteurs ainsi qu’à plus de 35 coopératives. «Durant la campagne 2019-2020, la comparaison des états végétatifs et des rendements obtenus au niveau des champs mitoyens a confirmé de manière claire le succès du système semis direct, et ce en dégageant des écarts positifs significatifs par rapport au système conventionnel», apprend-on d’OCP qui énumère l’amélioration nette du taux levée de 12% en moyenne à l’échelle des plates-formes nationales, la réduction des coûts du travail du sol de 900 à 1200 DH/ha, soit plus de 80% du coût global dédié au travaux de sol et de préparation de lit de semis.

Parmi les retombées, on cite également l’amélioration en moyenne de 10% dans l’homogénéité du couvert végétal relevée, une grande tolérance au stress hydrique aux stades tallage et montaison avec précocité dans l’épiaison dans les zones bour défavorable et la limitation de la perte d’eau par évaporation et meilleure utilisation de la réserve en eau du sol. En capitalisant sur ces résultats encourageants, OCP a procédé au lancement en octobre 2020 de la deuxième phase de ce programme pour la campagne agricole 2020-2021. Les objectifs fixés portent sur l’installation du double de la superficie couverte l’année dernière passant ainsi de 10.000 hectares à plus 20.000 hectares au niveau de plus de 100 localités dans 23 provinces réparties sur différentes zones agro-climatiques. «Avec plus de 4000 agriculteurs bénéficiaires, la deuxième phase ciblera les céréales et légumineuses en premier lieu, mais aussi d’autres cultures à fort potentiel comme les oléagineuses», souligne OCP.

Il est à noter que plus de 40 semoirs ont été mis à la disposition des organisations professionnelles porteuses dans différentes régions du Royaume. «Les petits agriculteurs accompagnés dans le cadre de l’initiative Al Moutmir vont bénéficier des semoirs mis à leur disposition pour effectuer l’opération de semis avec zéro labour», relève-t-on. De même, plus de 600 plates-formes de démonstration de semis direct seront installées et suivies suivant un itinéraire technique et un protocole scientifique permettant de transmettre aux agriculteurs les bonnes pratiques agricoles (notamment de fertilisation raisonnée et de lutte intégrée) et comparer les résultats obtenus par rapport à un témoin conduit par l’agriculteur en mode conventionnel. Une démarche qui tend à encourager la pratique d’une agriculture basée sur des fondements scientifiques, une agriculture plus résiliente et durable permettant de faire face aux aléas du climat tout en préservant les ressources et améliorant la structure et la fertilité des sols.

Plus de 50 points de vente du NPK Blend opérationnels

La technologie Smart Blender se veut pour sa part un outil de production de proximité d’engrais sur mesure pour les petits agriculteurs. Son lancement en 2018 vient appuyer l’ambition d’optimiser les ressources naturelles et l’utilisation adéquate des nutriments N, P et K, OCP . Le Smart Blender consiste, en effet, à fabriquer des formules NPK sur mesure pour chaque parcelle agricole sur la base de ses propres analyses de sols et de son rendement potentiel. Le déploiement des unités de production Smart Blender en partenariat avec les partenaires fabricants-distributeurs d’engrais et les agrégateurs nationaux a permis aujourd’hui la production d’engrais NPK Blend sur mesure au niveau d’unités de proximité basées au plus près des agriculteurs. Plus de 50 points de vente sont aujourd’hui opérationnels dans différentes régions du Royaume.

Un programme au profit des revendeurs d’engrais

Au titre de la saison agricole actuelle, OCP a lancé un programme dédié aux revendeurs d’engrais. Ce dispositif visant en effet le renforcement de leur capacité. «Le revendeur de proximité, véritable prescripteur et influenceur des pratiques des agriculteurs, est un maillon clé à renforcer et à mobiliser pour accompagner la dynamique de promotion des meilleures pratiques agricoles en milieu rural», explique le Groupe. De préciser qu’«Al Moutmir a développé une offre dédiée à ces partenaires axés sur l’élaboration et la mise à disposition de supports didactiques adaptés par région et par spéculation, un programme continu de formation sur la composition et les modes d’utilisation des produits finis livrés par la profession ainsi que sur les bonnes pratiques de manipulation et de stockage des engrais in situ et d’autres formations relatives à la gestion des points de ventes». Cette collaboration vient, en effet, enrichir la plate-forme de concertation et de suivi de proximité entre les différents acteurs au profit des agriculteurs.

Rappelons que L’approvisionnement par OCP du marché porte sur la mise à disposition de ses partenaires distributeurs-fabricants dans le cadre des contrats packages d’engrais phosphatés produits par OCP, mais aussi d’engrais potassiques et azotés au besoin. Ce qui permet d’accompagner la mise à la disposition du client final, l’agriculteur, de formules d’engrais adaptées par culture et par région et ce dans les meilleures conditions. Ces formules, issues des recommandations de la Carte de fertilité des sols du Maroc, sont fabriquées par les partenaires fabricants-distributeurs d’OCP disposant d’équipements technologiques de mélange «Bulk-Blending». Par la suite, ces engrais sont acheminés aux différentes Régions du Royaume et commercialisés à travers un réseau national de revendeurs qui contribue à approvisionner au plus près et dans les meilleures conditions les agriculteurs en engrais adaptés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *