Protection des données personnelles : Le secteur public invité à se conformer à la loi

Protection des données personnelles : Le secteur public invité à se conformer à la loi

Après le secteur privé, c’est le tour du public, a considéré la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), l’institution chargée d’éviter les dérapages sur l’autoroute des NTIC et qui a organisé, vendredi à Rabat, une journée de sensibilisation intitulée «Administration et CNDP, ensemble pour protéger les données personnelles».

But avoué de l’entreprise à laquelle a assisté le gotha des avertis des dessous de la communication à grande vitesse: protéger les données personnelles. Elles sont en effet les plus menacées sur la Toile, en tout cas elles sont plus que toutes les autres sujettes à risques. La donnée personnelle ? C’est toute information qui permet de remonter à celui qu’elle caractérise: adresse, date de naissance, identifiants bancaires… tous ces petits marqueurs qu’il n’est jamais bon de jeter sur le Net à moins de vouloir aller résolument au-devant de sérieux ennuis.

Mais la journée de sensibilisation de la CNDP a eu également un autre grand dessein: celui de contribuer à l’amélioration du climat des affaires. Dans le contexte mondial de rétention des IDE actuel, ce n’est pas le moindre des mérites de la rencontre que de rappeler que la sécurité de la communication est aussi un élément d’attractivité du capital. La commission le rappelle fort à propos en mettant l’accent sur le fait qu’il s’agit «d’informer sur les droits et les obligations édictés par la loi 09-08». Avec à la clé ce solennel rappel: «L’adoption de la loi 09-08 découle du souci du Maroc, d’une part, de protéger la vie privée, les libertés et les droits fondamentaux des individus et, d’autre part, d’améliorer le climat des affaires permettant ainsi une participation plus grande des investissements étrangers dans l’industrie et notamment celle de l’offshoring». 

En fait cette journée de sensibilisation qui vise à ancrer le souci de la conformité à la loi 09-08 dans les rouages du secteur public ou semi-public a voulu convaincre par l’exemple. C’est pourquoi deux organismes régulateurs, Bank Al-Maghrib et l’ANRT, y ont présenté leur expérience et leur pratique de la protection des données personnelles. Très suivies en ce qu’elles intéressent de grands organismes et qu’elles sont les tout premiers pas en le domaine, ces deux expériences ont permis d’évoquer les enjeux à court et long termes de la sécurisation des données personnelles. Si le retour sur effort est en effet patent quand il est évalué en termes de comptabilité d’entreprise, il l’est tout aussi évident à l’échelon national puisqu’il ne s’agit rien de moins que d’accompagner «la vague de l’économie numérique qui submerge le monde».

Mais de l’accompagner de la manière qui ne porte pas préjudice aux droits humains, a-t-on pris le soin de préciser. Cela a été clairement posé dès les premières interventions: si on parvient à concilier les deux objectifs, ce sont 50.000 emplois nouveaux qu’on pourra créer à terme, peut-être 100.000 un peu plus tard. Et puis il y a la satisfaction morale. Elle n’est pas moindre que l’autre puisque le «Maroc est le 1er pays arabe à s’être doté d’un système complet de protection des données personnelles». Et cela tout le monde le dit ou presque, selon Saïd Ihrai, président de la CNDP. L’ONU, le Conseil de l’Europe, la Commission européenne…

Rien que du beau linge. Alors évidemment il ne faut pas s’étonner de ce que la CNDN mette du cœur à l’ouvrage. A aujourd’hui elle a produit 1.200 conseils et avis. Et elle ne compte pas flâner en chemin puisqu’elle envisage d’organiser le 7ème sommet francophone de la protection des données personnelles au Maroc au mois de novembre prochain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *