Quel devenir pour la pêche artisanale ?

Riche en interventions et en suggestions, la journée d’étude sur la pêche artisanale à Laâyoune, organisée vendredi dernier, a tenu ses promesses. Pour Rachid Ghandi, président de l’AIDSUD, la pêche artisanale favorise d’importantes opportunités pour le développement de la région au plan économique et social. Dans ce sens, il a relevé que la pêche artisanale a connu ces dernières années un essor important, indiquant que ce secteur, en dépit des efforts constants visant sa réglementation, souffre de l’absence d’une étude globale analytique sur la dimension de sa contribution au développement local.
De son côté, M. Hassana Maa Al Ainine, directeur du CRI- Laâyoune, a mis en relief l’importance du secteur de la pêche artisanale, qui constitue un vecteur de développement de la région. M. Hassana a par ailleurs passé en revue les obstacles d’ordre structurel et d’organisation que rencontre le secteur, notamment ceux liés aux équipements et au réseau de commercialisation.
A cet égard, il a présenté la vision du CRI- Laâyoune pour remédier à cette situation, appelant à accorder la priorité aux diplômés, aux candidats qualifiés pour les activités en mer, à revoir la formation dans ce domaine et à prospecter des moyens de financement alternatif au profit des entreprises de pêche. Il a aussi souligné l’impératif d’organiser le circuit de commercialisation du produit et de promouvoir un climat économique et social favorable au profit des villages de pêche. S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre, tenue en présence notamment du gouverneur de la province de Boujdour, M. Mohamed Ennajem Abhai, d’élus et d’opérateurs économiques, le wali de la région de Laâyoune- Boujdour- Sakia Al Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, M. Mohammed Rherrabi, a rappelé les problématiques liées à l’organisation et à la formation- insertion auxquelles bute la pêche artisanale, secteur qui nécessite, a-t-il dit, des mesures pour sa promotion et sa mise à niveau.
Dans ce sens, le wali de la région a insisté sur la mise au point d’une charte organisant la pêche artisanale, avec la participation de l’ensemble des intervenants à travers des mesures pratiques. Les participants à cette journée d’étude ont jugé nécessaire l’aménagement du littoral, la création de micro-pôles de développement dans le cadre d’une vision intégrée, la modernisation de la flotte artisanale et la promotion des actions visant l’amélioration des conditions de vie et de travail des marins -pêcheurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *