Relance post-Covid / Logistique : L’heure de la transformation a sonné

Relance post-Covid / Logistique : L’heure de la transformation a sonné

Il est sans conteste que le secteur de la logistique marocaine a bien réagi face à la crise sanitaire. L’approvisionnement du marché a été maintenu malgré les difficultés de déplacement et l’arrêt temporaire de certaines chaînes et la fermeture des frontières.

Les trésoreries des entreprises ont certes été impactées accusant des baisses considérables, mais ceci n’a pas découragé les opérateurs à rester solidaires et faire preuve de résilience dans ce contexte inédit. Cette agilité est portée en partie par une transformation amorcée depuis des années dans le secteur. Accroître la compétitivité de la logistique de l’économie marocaine est l’une des orientations phares prises par le Maroc depuis plus d’une décennie. Capitalisant sur son positionnement géographique et son double littoral, le Royaume s’est doté d’une vision transversale long-termiste visant à améliorer la compétitivité économique et renforcer l’intégration du pays au commerce régional et mondial. Ce chantier ouvert depuis avril 2014 fixe trois principaux objectifs. Citons en premier la réduction à 15% du PIB du poids des coûts logistiques.

L’engagement étant également d’accélérer la croissance du PIB en gagnant 5 points sur 10 ans par l’augmentation de la valeur ajoutée induite par la baisse des coûts logistiques et l’émergence d’un secteur logistique compétitif. Il est aussi question de contribuer au développement durable du pays à travers la réduction des émissions CO2 liées au transport routier de marchandises et la décongestion des routes et des villes. La stratégie se décline en cinq chantiers. Le premier consiste à mettre en place un réseau de zones logistiques. Le deuxième axe porte sur l’optimisation des flux de marchandises. A cela s’ajoutent l’émergence d’acteurs logistiques performants, le développement des compétences et la gouvernance du secteur. Certes, les objectifs tracés sont ambitieux, toutefois leur concrétisation se fait à un rythme relativement lent. La crise sanitaire est venue relancer le débat sur les priorités à mettre en œuvre pour concrétiser cette feuille de route dans les délais impartis. Cette conjoncture impose en effet une réinvention des process. Les opérateurs sont de plus en plus conscients de la nécessité de réussir une complémentarité des modes de gestion des différents pôles du secteur.

L’heure étant d’intégrer les nouvelles tendances mondiales de la chaîne d’approvisionnement qui associent la logistique et le transport. Les impératifs de la nouvelle donne actuelle impliquent une gouvernance solide sur toute la ligne. Des outils de pilotage et des organes de gouvernance efficaces sont de mise pour assainir le secteur et consolider sa performance. La conjoncture impose également le développement de la multimodalité au même titre que la mise à niveau de l’arsenal juridique. Des mesures qui renforceront la résilience du secteur et le doteront de plus de flexibilité particulièrement en termes d’intégration de nouveaux modes de déplacement. La digitalisation est également un volet à appuyer davantage. La numérisation des process est une réponse adéquate aux défaillances structurelles qui freinent le secteur et ternissent l’attractivité du pays. La relance du secteur dépend également de l’activation de la mise en œuvre de projets douaniers qui soutiennent le rayonnement de la logistique nationale dont le développement de la douane mobile assurant plus d’accessibilité des logiciens aux services douaniers. Rappelons qu’en termes d’impact, les effets de la Covid-19 étaient plus visibles sur le segment des transports et de l’entreposage du fait que la moitié des acteurs a été contrainte de suspendre ses activités durant la période du confinement.

Les 5 plates-formes logistiques au Maroc

En classant les plates-formes logistiques par typologies, on identifiera 5 familles en l’occurrence les plates-formes: conteneurs, distribution et sous-traitance logistique, agro-commercialisation, céréalières et matériaux de construction.

Plates-formes conteneurs : Ce sont des zones de stockage qui offrent aux armateurs et opérateurs éco­nomiques des liaisons à haute capacité avec les ports, routière et ferroviaire et des accès directs aux zones de stockage et aux services logistiques. Outre le stockage , ces zones abritent, entre autres, des services de dépotage/empotage des conteneurs, le triage des conteneurs par destination, le chargement et le déchargement des camions et trains ainsi que l’entretien des conteneurs.

Plates-formes distribution et sous-traitance logistique : Destinées aux opérateurs industriels et commerciaux, ces plates-formes ont pour objectif d’accompagner la croissance de la distribution moderne tout en rationalisant des circuits de la distribution traditionnelle. Elles sont généralement implantées dans les grands axes urbains et ce à proximité des plates-formes conteneurs.

Plates-formes d’agro-commercialisation : Réponse efficace pour la rationalisation des flux agricoles entre les bassins de production et de consommation, ces plates-formes sont dotées d’infrastructures de pointe pour la conservation des produits agricoles ainsi que des services de manutention, de contrôle de qualité, de traçabilité des produits ainsi que des guichets bancaires et administratifs. L’objet étant de réduire les coûts de commercialisation de la chaîne de froid, de garantir la traçabilité des flux et le respect des conditions d’hygiène.

Plates-formes céréalières : Développées à proximité des ports d’importations, les plates-formes céréalières sont considérées comme étant des réserves nationales de céréales. Elles sont sous forme de silos de stockage de céréales qui sécurisent l’approvisionnement et optimisent les achats assurant ainsi la stabilisation des prix et une bonne organisation des flux vers les minoteries. Les services déployés à ce niveau portent également sur le lavage des céréales, la fertilisation des semences, du tri et de la classification des céréales.

Plates-formes de matériaux de construction : Ces plates-formes permettent d’améliorer les chaînes d’approvisionnement des chantiers de construction. Elles servent pour le groupage des matériaux pour une massification des flux et une meilleure desserte des villes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *