Revenu des ménages : Un total de 767.142 millions DH en 2019

Revenu des ménages : Un total de 767.142 millions DH en 2019

Le HCP s’intéresse à la répartition sociale des rétributions

Au Maroc, le revenu moyen mensuel par personne est de 1.793 dirhams, soit une moyenne nationale de 21.515 dirhams par an. La distribution de ce revenu reste asymétrique par espace. En milieu urbain, le revenu annuel moyen s’élève à 24.992 dirhams, à savoir 2.083 dirhams par mois alors que dans le rural cette moyenne revient à 15.560 dirhams annuellement ce qui équivaut à 1.297 dirhams mensuellement. Ces données dévoilées, mercredi 28 avril, par le Haut-Commissariat au Plan découlent d’une investigation inspirée de l’expérience de l’Institut national de statistique d’Italie. En effet, le HCP appréhende pour la première fois la répartition sociale des revenus à travers une enquête directe réalisée auprès des ménages entre décembre 2019 et mars 2020 auprès d’un échantillon de 3.290 ménages. Cette enquête échappe ainsi aux effets de la pandémie Covid-19 et renseigne sur les sources sectorielles ainsi que sur la répartition sociale des revenus des ménages. Autour de quel palier se situent les revenus des ménages ? Comment sont-ils répartis sur le plan social ? Et quels sont les facteurs qui discriminent le niveau de revenu ? Retour sur les principales réponses apportées par l’enquête du HCP.

Revenu des ménages ruraux : La moyenne mensuelle dépasse les 4.237 DH

Parmi les constats faits par le HCP, les ménages urbains disposent d’un revenu total 2,8 fois que celui de leurs homologues ruraux. En effet, le revenu total des ménages marocains est estimé en 2019 à 767.142 millions de dirhams dont 546.024 millions de dirhams pour les ménages urbains et 203.118 millions de dirhams pour les ménages ruraux. Le revenu annuel moyen par ménage ressort, quant à lui, à 91.933 dirhams équivalant ainsi à un revenu moyen de 7.661 dirhams. Dans le détail, le revenu annuel moyen par ménage urbain atteint les 98.483 dirhams (8.207 dirhams par mois) contre 77.600 dirhams en milieu rural (6.467 dirhams par mois). «Compte tenu que certains revenus, très élevés, tirent la moyenne vers le haut l’écartant des niveaux les plus fréquents, la médiane serait un meilleur indicateur pour renseigner sur le niveau de répartition de revenus», estime dans ce sens le HCP. Il ressort à cet effet que la moitié des ménages à l’échelle nationale détient un revenu mensuel moyen supérieur à 5.133 dirhams. De même, 50 % des ménages en milieu urbain ont un revenu mensuel moyen qui dépasse les 5.609 dirhams au moment où la même proportion dans le milieu rural dispose d’un revenu mensuel moyen supérieur à 4.237 dirhams.

Un taux d’inégalité du revenu de 46,4%

Pour mesurer l’inégalité du revenu, le HCP s’est appuyé sur l’indice de Gini. Il fait ressortir un taux de 46,4 %, se situant ainsi à un niveau élevé dépassant le seuil socialement tolérable (42 %). «Cette inégalité du revenu est de 45 % en milieu urbain et de 44,5% en milieu rural», précise le HCP. Pour ce qui est de la distribution sociale des revenus des ménages, le HCP a dressé un bon nombre de constats. Au niveau national, les 20 % de la population les plus aisés détiennent 53,3 % des revenus des ménages contre 5,6 % pour les 20 % les moins aisés. Et avec un revenu annuel moyen par tête de 57.400 dirhams, le HCP souligne dans son enquête que 20% de la population les plus aisés disposent d’un revenu environ 10 fois (9,6) celui des 20% de la population les moins aisés (6.000 DH). «En milieu urbain, le revenu annuel moyen par tête est de 65.070 DH pour les 20 % les plus aisés contre 7.286 DH pour les 20 % les moins aisés», peut-on lire dans ce sens. Et de préciser qu’«au total, la part des 20 % les plus aisés dans la masse totale des revenus est de 52,1 % contre 5,9 % pour les 20 % les moins aisés». En milieu rural, les 20 % de la population les plus aisés ont un revenu annuel moyen par tête de 40.700 DH. Ils détiennent plus de la moitié du revenu total (52,3 %), alors que les 20 % les moins aisés, avec un revenu annuel moyen par tête de 4. 900 DH, en disposent de 6,3 %.

La pauvreté touche 4,5 millions de personnes

La pauvreté figure également parmi les axes abordés par le HCP dans son enquête. Elle est en effet considérée comme une forme d’inégalités de revenu. «La pauvreté relative se mesure par référence au poids démographique des personnes à faible revenu dans la répartition du revenu de toute la population, en fixant le seuil de pauvreté à 50% du revenu médian par tête (6 830 DH)», relève-t-on du HCP. Se référant aux données disponibles, 4,5 millions de personnes sont pauvres à titre de pauvreté relative. 66,4 % d’entre eux résident en milieu rural. Notons que la part des personnes à faible revenu est estimée à 12,7 % à l’échelle nationale dont 6,8 % dans les villes et 22,9 % dans les zones rurales.

Facteurs discriminant le niveau du revenu

Le HCP énumère par ailleurs un bon nombre de facteurs discriminant le niveau de revenu. En effet, le niveau du revenu varie en fonction de plusieurs facteurs notamment les caractéristiques sociodémographiques du chef de ménage et de sa catégorie professionnelle :

 

Revenu mensuel moyen par ménage selon le niveau d’instruction du chef de ménége et le milieu de résidence (en DH)

 

 

Caractéristiques sociodémographiques :

Le premier facteur à relever à ce propos est l’âge du chef de ménage, dans le sens que le revenu mensuel moyen a tendance à plus que doubler à l’âge de retraite, passant d’une moyenne mensuelle de 4.200 DH pour les 15-24 ans à 8 600 DH pour les 65 ans et plus. Le sexe du chef de ménage est également listé parmi les facteurs. Le HCP relève dans ce sens un revenu moyen de 5.500 DH pour les ménages dirigés par une femme contre 8.200 DH pour ceux dirigés par un homme. «Etant donné que les ménages dirigés par un homme sont généralement de taille plus élevée, le revenu par tête est quasi similaire pour les deux types de ménages, avec respectivement 1.740 DH et 1.800 DH», apprend-on du HCP. S’agissant du niveau d’éducation, le HCP met en exergue un revenu mensuel moyen variant de 6.458 DH pour les ménages dont les chefs sont sans niveau scolaire à 14.281 DH pour les chefs de ménage ayant le niveau d’enseignement supérieur.

Catégories socioprofessionnelles :

Le Haut-Commissariat au plan énumère trois catégories socioprofessionnelles du chef de ménage disposant d’un revenu supérieur au revenu moyen. Citons en premier les responsables hiérarchiques, les directeurs et cadres administratifs d’entreprises, les cadres supérieurs et membres des professions libérales, suivis des cadres moyens, employés, commerçants et intermédiaires commerciaux et financiers ainsi que les rentiers, retraités et autres inactifs. Le premier clan dispose d’un revenu mensuel moyen de 17.040. «La moitié de cette catégorie dispose d’un revenu mensuel supérieur à 13.055 DH», relève-t-on du HCP. Le revenu moyen du deuxième groupe est estimé à 8.257 DH dont la moitié gagne plus de 6.295 dirhams. La troisième catégorie comprend pour sa part les inactifs en l’occurrence retraités et rentiers. Leur revenu moyen est de 7.819 dirhams dont la moitié gagne un revenu mensuel supérieur à 5.458 dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *