970x250

Saber Cherif Kanouni: Le polyter, une solution possible pour combattre le stress hydrique

Saber Cherif Kanouni: Le polyter, une solution possible pour combattre le stress hydrique

Entretien avec Saber Cherif Kanouni, président fondateur de la société Acoram

Contre la rareté de l’eau, le Maroc vient de mettre en place une politique de dessalement de l’eau de mer ainsi que des mesures restrictives en vue de préserver la denrée. Le Polyter qui est un fertilisant organique représente aussi une solution efficace contre le stress hydrique. Saber Cherif Kanouni, président fondateur de la société Acoram, a introduit sur le marché marocain le produit depuis 1999. Aujourd’hui, ce fertilisant, compte tenu de la situation, s’avère aussi une arme contre la sécheresse. Les détails.

ALM : Pouvez-vous déjà définir pour nous ce qu’est le Polyter® et quels sont ses bénéfices ?
Saber Cherif Kanouni : Le Polyter® est un fertilisant organique à forte capacité de rétention d’eau. Il permet d’économiser 50% d’eau au minimum tout en réduisant la consommation des fertilisants de 30% au minimum. Le Polyter® est unique de par sa conception mais aussi par ses résultats agronomiques dont témoignent nos clients que ce soit au Maroc ou à l’étranger puisqu’il est commercialisé dans une quarantaine de pays à travers le monde.

Depuis quand votre société Acoram a introduit sur le marché cette solution ?
Nous avons reçu le premier lot de Polyter® en 1999 mais nous avons pris le temps de réaliser une série de tests agronomiques sur toutes les cultures et dans toutes les régions afin de valider les revendications du produit et surtout de rester fidèles à nos engagements de qualité vis-à-vis de nos clients. Convaincus des résultats uniques du Polyter®, Acoram a lancé sa commercialisation en 2004 tout en offrant un accompagnement technique à nos clients.

Quels sont pour l’heure les types de clients qui commencent à l’utiliser ?
Toute la chaîne de valeur utilise le Polyter®. Nous avons une clientèle très diversifiée qui va des pépiniéristes, des petits et grands agriculteurs jusqu’aux institutionnels. Le Polyter® permet aux pépiniéristes par exemple de préparer des plants précoces, de qualité et avec un minimum d’eau. Il est aussi très utilisé pour l’arboriculture fruitière afin d’éviter les stagnations de croissance en cas de manque d’eau ou de nutriments. Dernièrement, nous avons également observé une recrudescence de la demande du Polyter® de la part du département des Eaux et Forêts ainsi que de certaines communes qui cherchent des solutions efficaces afin de réduire la fréquence d’arrosage en ces temps de stress hydrique. Le monde agricole devient plus prévoyant et toute la chaîne de valeur intègre à présent des solutions d’optimisation des apports en eau.

Aujourd’hui, le Maroc reconnaît les urgences quant à trouver des solutions pour répondre au stress hydrique. Peut-on dire que le Polyter® peut y répondre en partie ?
Tout à fait. Le stress hydrique que subit le Maroc actuellement a atteint des niveaux alarmants. Le gouvernement marocain a certes lancé plusieurs projets ambitieux pour faire face à ce phénomène comme le Programme national d’approvisionnement en eau potable ou les différentes stations de dessalement d’eau de mer, mais est-ce suffisant ? L’agriculture est une activité de subsistance dans plusieurs régions du pays dans lesquelles l’eau se fait de plus en plus rare. Le Polyter® a déjà prouvé son efficacité dans ces régions et nous sommes mobilisés pour soutenir et contribuer aux efforts du gouvernement visant à minimiser les effets du stress hydrique sur cette population qui n’a pas forcément les moyens de s’offrir de telles solutions mais qui en a grandement besoin.

Si oui de quelle manière ?
Le Polyter® se présente sous la forme de granulés qui après hydratation augmentent de volume et apportent 3 éléments essentiels au développement des plantes : l’eau, les fertilisants et l’aération du sol. La membrane externe permet une très rapide absorption des liquides et une restitution par pression osmotique de la masse racinaire nodulée. Les nodules sont véritablement greffés aux racines, les accompagnant par effet gravitaire dans leur croissance, jusqu’à 97% de l’eau est extrait des nodules. La durée de vie du Polyter® varie de 3 et 5 ans selon la nature des sols (ndlr : analyse certifiée) sans aucun résidus ni dans le sol, ni dans les fruits et légumes (ndlr : analyses accréditées).

Pourriez-vous nous donner un ordre de grandeur en termes de coût pour passer à cette utilisation dans les sols d’exploitation agricoles et autres ?
Vu la diversité de son utilisation qui dépend du type de culture, de la superficie et de la région, il vaut mieux parler du coût à l’hectare. En arboriculture par exemple, le Polyter® va coûter 6 dirhams/arbre par an sur la base de 100 grammes par plante. Pour le maraîcher, en moyenne c’est un dosage de seulement 2 grammes par plant. Son prix de vente est de 300 MADHT/kg avec un dégressif à partir de 100 kilos.

Vous venez de créer une association de corporate en vue de remettre de la végétation dans les zones où le béton est légion. Vous avez commencé par le quartier Sidi Bernoussi. Pourriez-vous nous relater cette action ?
Tout a commencé par l’initiative d’une grande entreprise de la place que nous remercions pour sa confiance, et qui a nous a permis de mener ensemble une très belle action RSE. En effet, plus de 200 arbres ont été plantés dans la région de Sidi Bernoussi dans une zone à réhabiliter. Acoram, au-delà de cette action, va assurer, bénévolement, le suivi afin de s’assurer que la végétation va reprendre sa place doucement mais surement au sein de la ville de Casablanca. Nous avons déjà identifié plusieurs zones qui ont besoin d’être réhabilitées et sommes en attente de sponsors ou d’entreprises citoyennes qui souhaiteraient se lancer dans cette belle initiative et rejoindre l’association. Nous avons aussi une solution pour la réhabilitation de l’ancienne déchèterie de Médiouna tout en dépolluant les lixiviats grâce à une gamme de produits exclusive que nous avons développée et en plantant des arbres à forte capacité de traitement des polluants.

Quelles sont vos recommandations pour que l’utilisation du Polyter® puisse impacter favorablement la politique de l’eau ?
A notre niveau, nous faisons tout notre possible pour faire parvenir le Polyter® à toutes les régions du Maroc mais le prix reste prohibitif pour certains. Nous n’avons pas augmenté nos prix malgré l’inflation actuelle par solidarité nationale. Malheureusement, nous ne pouvons pas faire plus car les charges sont très importantes. Démocratiser l’utilisation de ce fertilisant organique ou toute autre solution du même genre serait salutaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.