Sefrou : Les arboriculteurs à l’œuvre pour la cueillette des cerises

Sefrou : Les arboriculteurs à l’œuvre pour  la cueillette des cerises

Connue pour sa verdure, sa fraîcheur et ses cascades, la province de Sefrou est en pleine saison de cueillette des cerises, un fruit aux multiples vertus.

Si les cerisiers poussaient autrefois naturellement et spontanément à travers toute la province, ils font désormais partie intégrante des différents plans de développement de l’arboriculture locale.
La production actuelle des cerises dans la province de Sefrou, dont la cueillette bat son plein, est estimée à 3.000 tonnes, contre 2.200 tonnes l’année précédente, soit une hausse de 36%, avec un rendement moyen de 6,5 tonnes par hectare, selon des statistiques de la Direction provinciale de l’agriculture de Sefrou (DPA).

Cultivée sur une superficie globale de 500 ha, soit 5% de la superficie des rosacées, la filière de cerisier au niveau de la province comprend de nombreuses variétés, dont le bigarreau, le burlat, le bigarreau van, le bigarreau hedelfingen, le folfer, le napoléon, le big summit, le big sunburst, le stark, le sweetheart, le big lapin et le cœur de pigeon.
Selon la DPA de Sefrou, la saison de la cueillette des cerises génère quelque 30.000 journées de travail, d’une valeur de l’ordre de 2,4 millions DH.
Ce fruit est mis annuellement à l’honneur à l’occasion du festival des cerises de Sefrou, qui remonte à 1920 et a été inscrit en 2012 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Dans une déclaration à la MAP, le directeur provincial de l’agriculture à Sefrou, Mohamed Mezzour, a mis en valeur l’apport crucial du Plan Maroc Vert (PMV) au développement du secteur agricole au niveau de la province, particulièrement pour la filière du cerisier à travers la réalisation de deux projets pilier II de l’agriculture solidaire, avec un coût global de 15 millions de DH.

Ces projets, a-t-il indiqué, consistent en la plantation de 100 ha de cerisier à la commune rurale Laanoucer avec des variétés importées, l’entretien de 220 ha de vergers de cerisiers et l’amélioration de leur rendement, des cessions de formation au profit des agricultrices et agriculteurs de cerisier et le renforcement des capacités des organisations professionnelles en petit matériel agricole, ainsi que l’encadrement pour la commercialisation et le conditionnement et la qualité des cerises.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *