Economie

Selon Bank Al-Maghrib 13,7% de hausse pour les réserves internationales nettes

© D.R

Bien qu’il soit en légère baisse par rapport à une semaine auparavant, l’encours des réserves internationales nettes est en progression comparé à l’année dernière. En glissement annuel, ces réserves se sont établies, selon Bank Al-Maghrib (BAM), à 171,4 milliards de dirhams au 1er août 2014. Elles ont ainsi enregistré une progression de 13,7% en glissement annuel.

Dans ses indicateurs hebdomadaire, BAM s’est arrêté sur l’état des réserves internationales nettes. Ces dernières ont accusé une légère baisse de 0,7% par rapport à la dernière semaine du mois de juillet. BAM a également fait savoir qu’entre le 31 juillet et le 6 août 2014, il a été procédé à une injection d’un montant moyen de 52,7 milliards DH par la banque centrale.

Ce budget a été réparti comme suit : 32,8 milliards DH ont été injectés sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres, 6 milliards de dirhams par le biais des opérations de pension livrée à 3 mois et 13,9milliards de dirhams au titre des opérations de prêts garantis par des effets privés représentatifs des crédits destinés aux Petites et moyennes entreprises (PME) et Très Petites entreprises (TPE). Sur cette même période où l’injection a eu lieu, une évolution du taux d’intérêt moyen sur le marché interbancaire a été remarquée. D’après la même source, ce taux est passé en une semaine de 3,01 à 3,03%.

S’agissant du volume moyen des échanges, la banque centrale a indiqué qu’il est passé de 3,1 milliards DH à 4 milliards de dirhams.Il est à souligner que lors de l’appel d’offres du 6 août 2014, Bank Al-Maghrib a accordé un montant de 33 milliards DH au titre des avances à 7 jours. «En glissement annuel, le rythme de progression de l’agrégat M3 a décéléré à 3,7% en juin dernier, après 4,7% le mois précédent sous l’effet des ralentissements de 4,8 à 0,3% des créances nettes sur l’Administration centrale, et de 4,5 à 3,7% du taux de croissance du crédit bancaire», précise-t-on dans un communiqué.

Quant à l’évolution du crédit bancaire, elle peut se justifier en premier lieu par le recul de 4,1 à 2,4% au niveau du rythme d’accroissement des crédits à l’équipement et de celui des prêt à caractère financier qui, eux, sont passés de 9 à 0,7%.  Si ces taux ont accusé une baisse, ceux des crédits immobiliers affichent une meilleure santé.

En effet, leur taux de croissance s’est accru de 2,3 à 2,6%. Il en serait de même pour le taux des facilités de trésorerie qui, après une stagnation qui a duré tout le mois de mai, ont connu une hausse de 2,1%. D’après BAM toujours, les prêts à la consommation auraient chuté de 1,2% après une hausse de 1,7% le mois d’avant.
Au cours de la période allant du 31 juillet au 6 août 2014, le dirham s’est apprécié de 0,13% par rapport à l’euro et s’est déprécié de 0,59% vis-à-vis du dollar.

Articles similaires

EconomieUne

Une nouvelle feuille de route pour l’aquaculture

Acteur incontournable du secteur de l’aquaculture, l’ANDA devrait bientôt franchir un nouveau...

Economie

Un «Summer Village» au cœur des Myriades Bouskoura 

«Les Myriades Bouskoura» célèbre l’été sous le thème de l’eau. Le Centre...

Economie

Youssef Chraibi reconduit à la tête de la FMES

Youssef Chraibi a été réélu pour un nouveau mandat à la tête...

Economie

Les excédents globaux frôlent les 60 milliards DH

Se référant à la TGR, les excédents globaux dégagés par les budgets...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus