EconomieUne

Selon le document statistique du ministère de l’économie et des finances : Un déficit budgétaire de 1,7 MMDH à fin janvier 2024

© D.R

L’impôt sur la société a progressé de 88 MDH à fin janvier au moment où l’impôt sur le revenu a baissé de 105 MDH par rapport au niveau atteint à la même période de l’année passée.

Finances : L’écart observé au titre du premier mois de l’année recouvre une augmentation de 4,1 MMDH des dépenses contre une hausse de 1,9 MMDH des recettes.

11,2 MMDH, tel est le besoin de financement dégagé par la situation des charges et ressources du Trésor au titre du mois de janvier 2024. Ce besoin est couvert principalement par le recours au marché de la dette intérieure pour un flux net de 10,6 MMDH et la mobilisation de financements extérieurs pour un montant net de 399 MDH. C’est ce que l’on peut relever du document statistique du ministère de l’économie et des finances relatif à la situation des charges et ressources du Trésor. S’agissant du flux de l’endettement intérieur, il recouvre, selon la publication du ministère, des souscriptions pour un montant de 22,4 MMDH contre 47,3 MMDH une année plus tôt. A cela s’ajoutent les remboursements en principal pour un montant de 11,8 MMDH contre 28,9 MMDH. Le flux de l’endettement extérieur recouvre quant à lui des tirages de 1,2 milliard de dirhams contre 139 MDH au même mois de l’année précédente ainsi que des amortissements de 798 MDH contre 738 MDH une année plus tôt. Se référant au document statistique, la situation des charges et ressources du Trésor laisse apparaître à fin janvier 2024 un déficit budgétaire de 1,7 milliard de dirhams contre un excédent de 516 MDH une année auparavant. Une évolution qui recouvre une augmentation de 4,1 MMDH des dépenses contre une hausse de 1,9 MMDH des recettes.

Hausse de 5,3 % des recettes fiscales

Le ministère des finances a observé dans son document statistique une augmentation des recettes fiscales à fin janvier 2024. Ces dernières se sont consolidées de 5,3 % marquant ainsi un additionnel de 1,2 milliard de dirhams comparé aux recettes générées à la même période de l’année passée. « Les remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, y compris la part supportée par les collectivités territoriales, se sont chiffrés à 387 MDH, contre 256 MDH en janvier 2023 », peut-on relever dans ce sens. Par nature d’impôt et de taxe, l’impôt sur la société a progressé de 88 MDH à fin janvier au moment où l’impôt sur le revenu a baissé de 105 MDH par rapport au niveau atteint à la même période de l’année passée. Pour sa part la TVA s’est consolidée de 670 MDH à fin janvier 2024. On observe également une quasi-stabilité des droits de douane à près de 1,2 milliard de dirhams, une hausse de 93 MDH des taxes intérieures de consommation ainsi qu’une progression de 373 MDH des droits d’enregistrement et de timbre. Pour ce qui est des recettes non fiscales, elles se sont établies à 1,9 milliard de dirhams contre 1,4 milliard de dirhams à fin janvier, soit une hausse de 486 MDH. « Ces recettes proviennent des établissements et entreprises publics à hauteur de 173 MDH et des produits divers des ministères pour un montant de 1,7 MMDH », explique le département de l’économie et des finances dans sa publication.

Des dépenses ordinaires de plus de 26 MMDH

Pour ce qui est des dépenses ordinaires, elles se sont établies à 26,2 MMDH, soit un taux d’exécution de 8,5 % et une hausse de 1,6 milliard de dirhams comparé à fin janvier 2023. Cette progression recouvre, selon le ministère de l’économie et des finances, «une augmentation des dépenses de personnel de 862 MDH, des charges de la compensation de 640 MDH et des autres biens et services de 146 MDH». Les charges de la compensation se sont chiffrées, quant à elles, à 3,2 MMDH, en progression de 640 MDH (+25,2 %).
Cette progression intervient sous l’effet des subventions accordées aux professionnels du secteur du transport de 500 MDH. Par ailleurs, les intérêts de la dette se sont situés à 1,3 milliard de dirhams, soit au même niveau observé en janvier 2023. « Cette évolution recouvre une augmentation des intérêts de la dette extérieure (+234 MDH) et une baisse de ceux afférents à la dette intérieure (-255 MDH)», apprend-on dans ce sens. Et d’ajouter que «ces évolutions des recettes et des dépenses ordinaires se sont traduites par un solde ordinaire positif de près de 1,1 milliard de dirhams, contre +826 MDH à fin janvier 2023 ». S’agissant des dépenses d’investissement, les émissions ont atteint près de 12,3 MMDH au premier mois de l’année, soit au même niveau que celui de janvier 2023. Comparativement aux prévisions de la loi de Finances 2024, leur taux de réalisation s’est élevé à 12,2 %. Il est à rappeler que les comptes spéciaux du Trésor ont dégagé un solde excédentaire de 9,5 MMDH au premier mois de l’année contre 12 MMDH en janvier 2023.

Articles similaires

PolitiqueUne

Bilan du mi-mandat: une séance commune le 17 avril au parlement

Le parlement tiendra une séance commune le mercredi 17 avril prochain pour...

PolitiqueUne

Réélection de Rachid Talbi Alami à la tête de la Chambre des représentants

Rachid Talbi Alami, du Rassemblement national des indépendants (RNI), a été réélu,...

ActualitéUne

L’administration de la prison locale Khouribga dément les allégations d’intoxication alimentaire de 90 détenus

L’administration de la prison locale Khouribga 2 a démenti vendredi les allégations...

ActualitéUne

Chambre des Conseillers : La deuxième session de l’année législative 2023-2024 déclarée ouverte

La Chambre des conseillers a ouvert, vendredi, les travaux de sa deuxième...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus