Sensibilisation des Tangérois à la lutte anti-contrefaçon

Sensibilisation des Tangérois à la lutte anti-contrefaçon

La fourchette de l’exposition à la contrefaçon au Maroc est estimée entre 6 et 12 milliards de dirhams pour cinq secteurs économiques, à savoir le textile, le cuir, l’électrique, les pièces de rechange automobiles et les cosmétiques.

C’est ce qui ressort d’une étude présentée, lors d’un séminaire organisé, lundi 19 mai, à Tanger. Réalisée en 2012 sous l’initiative du Comité national pour la propriété industrielle et anti-contrefaçon (Conpiac), cette étude vise à donner, selon les responsables du Conpiac, de la visibilité sur l’ampleur et les incidences de la contrefaçon et de formuler un plan d’actions pour améliorer l’efficacité des programmes et outils de lutte contre ce fléau au Maroc.

Pour les cinq secteurs les plus affectés, «la contrefaçon représente entre 0,7 et 1,3% du PIB», a affirmé Nafissa Belcaïd, directrice du pôle des signes distinctifs à l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC).

Les intervenants ont convenu que la contrefaçon est un phénomène universel, qui affecte le commerce mondial et génère des conséquences économiques et sociales négatives tant sur le plan macroéconomique que microéconomique, notamment en termes aussi bien de perte de compétitivité du tissu productif et d’emplois que d’atteinte à la santé et à la sécurité des consommateurs.

«Cette pratique de concurrence déloyale génère une perte fiscale annuelle de près d’un milliard de dirhams et près de 30.000 emplois», a ajouté Mme Belcaïd.
Il est à noter que les quatre régions de Casablanca, Tanger-Tétouan, Oujda-Nador et Agadir sont les plus affectées par ce fléau. Une cinquantaine de points noirs y ont été identifiés. «Ces espaces, qualifiés de points noirs, sont considérés comme des zones d’approvisionnement, de stockage et de distribution en gros et en détail de produits contrefaits», tient à préciser la même étude.

Il est à souligner que sur le plan juridique, la durée moyenne de prononciation des jugements observée dans ce genre d’infraction est inférieure à 18 mois. Et sur la période 2008-2011, quelque 595 affaires en contrefaçon ont été jugées par les tribunaux de commerce des quatre principales régions les plus affectées au Maroc, en particulier celles de Casablanca, Tanger-Tétouan, Oujda-Nador et Agadir.

Considérée comme le premier pôle économique au Maroc, «Casablanca représente 85% des procédures judiciaires engagées», ont tenu à préciser les initiateurs de cette même étude.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *