Services marchands non financiers et commerce de gros : Un quatrième trimestre morose pour les patrons

Services marchands non financiers et commerce de gros : Un quatrième trimestre morose pour  les patrons

Au troisième quart de l’année, l’activité des services marchands non financiers a emprunté dans son ensemble une tendance baissière, à l’exception de la branche des «Télécommunications» qui aurait connu une hausse, selon les chefs d’entreprises interrogés.

Des anticipations pessimistes ont été formulées par les chefs d’entreprises opérant dans les services marchands non financiers et le commerce de gros. La tendance baissière observée aux premiers mois de l’exercice 2020 devrait se poursuivre au 4ème trimestre de l’année. C’est du moins ce qu’attestent les patrons ayant participé à l’enquête de conjoncture trimestrielle du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

S’agissant du secteur des services marchands non financiers, 44% des chefs d’entreprises interrogés s’attendent à une baisse de l’activité globale du secteur. Se référant à l’enquête du HCP, le repli attendu serait dû à l’éventuelle baisse de la quasi-totalité des branches du secteur. La baisse sera principalement observée dans les activités du «Transport aérien», de l’«Entreposage et services auxiliaires des transports» et de l’«Hébergement et restauration».

«40% des chefs d’entreprises anticipent une baisse de la demande et 25% une diminution des effectifs employés», relève-t-on du HCP. Du côté des grossistes, la moitié des commerçants interrogés (51%) anticipe une baisse du volume global tandis que 20% autres s’attendent à une hausse. Le HCP attribue cette évolution au repli des ventes dans les «Autres commerces de gros spécialisés», le «Commerce de gros de biens domestiques» et le «Commerce de gros d’autres équipements industriels» ainsi qu’à la hausse des ventes dans le «Commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication».

A cet effet, les commandes du 4ème trimestre devraient se situer à un niveau inférieur à la normale. Une prévision faite par 33% des grossistes participants à l’enquête. En ce qui concerne l’employabilité du secteur, la majorité des chefs d’entreprises (83%) table sur une stabilité au moment où 15% autres prévoient une baisse.

Notons que ces appréciations ont été formulées après un troisième trimestre orienté à la baisse aussi bien pour le secteur des services marchands non financiers que le commerce du gros. Au troisième quart de l’année, l’activité des services marchands non financiers a emprunté dans son ensemble une tendance baissière, à l’exception de la branche des «Télécommunications» qui aurait connu une hausse, selon les chefs d’entreprises interrogés. Ainsi, le taux d’utilisation des capacités de prestation (TUC) du secteur se serait établi à 72%, au lieu de 81% au premier trimestre de cette année.

De même, 53% des répondants jugent les carnets de commandes du secteur d’un niveau inférieur à la normale au titre du troisième trimestre. De même, 31% des chefs d’entreprises estiment que l’emploi aurait connu une baisse durant ledit trimestre. En parallèle, la baisse des ventes du secteur du commerce de gros a été confirmée par 69% des chefs d’entreprises au moment où 7% d’entre eux évoquent une hausse.

La tendance observée durant le troisième quart de l’année fait ressortir une baisse des ventes dans les «Autres commerces de gros spécialisés», le «Commerce de gros de biens domestiques» et le «Commerce de gros d’autres équipements industriels» contre une hausse des ventes dans le «Commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication». En outre, 62% des grossistes ont fait part de stocks de marchandises à un niveau normal alors que 25% estiment qu’ils sont inférieurs à la normale.

Pour ce qui est de la tendance observée des prix de vente, elle aurait affiché une baisse selon 49% des chefs d’entreprises et une hausse selon 10% d’entre eux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *