970x250

Sidi Mohamed Elkadiri : «La population de Oulmès dans l’attente du projet»

Sidi Mohamed Elkadiri : «La population de Oulmès dans l’attente du projet»

Entretien avec Sidi Mohamed Elkadiri, PDG de Legataire Capitale

La vision de SM le Roi à faciliter et à diversifier les opportunités d’investissements entre le Maroc et la Chine porte ses fruits. Plusieurs secteurs productifs ont été investis dans ce sens. Le domaine minier en fait partie. Le projet mené par Legataire Capitale à Oulmès témoigne de la pertinence du partenariat stratégique qui se tisse entre les deux pays. En effet, Legataire Capitale est une coentreprise minière sino-marocaine 70% détenue par un groupe chinois, se concentrant sur un leader mondial des nouveaux matériaux énergétiques à faible émission de carbone pour respecter l’environnement. La société est spécialisée dans l’exploitation minière, le traitement des minerais, la fusion et d’autres technologies de pointe. Dans cet entretien, Sidi Mohamed Elkadiri, PDG de Legataire Capitale et fondateur, revient sur les spécificités du gisement d’étain d’Elkarit et de l’écosystème créé autour de ce projet à Oulmès.

ALM : Legataire Capitale développe actuellement un gisement minier au niveau d’Oulmès. Sur quoi porte ce projet ?
Sidi Mohamed Elkadiri : Legataire Capitale couvre les étapes clés de la chaîne de l’industrie des énergies renouvelables, y compris le développement des ressources minérales, le traitement, la production et la vente de produits finaux. Le groupe développe principalement des mines de lithium, de cobalt, de nickel, de cuivre, de palladium, de fer, et de terres rares et d’étain à l’instar du projet d’Elkarit à Oulmès à travers Legataire Capitale qui a, en effet, signé une convention en 2020 avec l’Onhym pour le développement et la mise en exploitation du gisement d’étain d’Elkarit qui avait déjà fait l’objet d’une première exploitation durant le siècle dernier. D’une altitude d’environ 1.100 mètres, la mine se situe en haut d’une montagne, ce qui permet d’avoir un terrain relativement plat. Le trafic routier de la mine est pratique, fondamentalement adapté aux conditions d’exploitation minière à ciel ouvert. À l’heure actuelle, la mine est divisée en deux zones minières de base ayant près de 20 veines d’étain. La quantité de minerai convenant à l’exploitation minière à ciel ouvert est d’environ 2 million de tonnes. Les produits sont principalement du minerai d’étain, contenu en 0,5-0,8% environ. La particularité de ce projet réside dans le fait que c’est une mine verte qui n’a aucun impact sur l’environnement.

Comment se déclinent les investissements prévus dans le cadre de ce projet ?
On peut énumérer trois phases. La première phase concerne l’exploitation minière. Une enveloppe de 5 millions de dollars est proposée dans ce sens pour la réalisation des projets d’infrastructure tels que l’accès routier aux zones minières, la création de départements de projet tels que les espaces de vie des employés, la sécurité de l’approvisionnement énergétique à travers la mise en place des installations électriques ainsi que l’acquisition d’équipement pour l’exploitation minière. La deuxième phase consiste par ailleurs en la mise en place d’une unité verte de traitement qui n’utilise ni eaux ni produits chimiques. Une étape pour laquelle sera mobilisé un investissement de 5 millions de dollars. Il s’agit de la construction d’unité de production quotidienne initiale de 2.000 tonnes. Il est à signaler que la société a introduit une des technologies les plus avancées au monde, en l’occurrence la technologie Ausmelt. C’est une technologie de fusion de l’étain dans son ensemble.
Revenons à l’usine de traitement des minéraux, quels sont les procédés techniques déployés dans ce sens ?
Nous utilisons une série d’équipements de tri intelligent de minerai de pointe. Un processus minéral à la fois traditionnel et innovant. Le système de tri en ligne intelligent entièrement automatique peut extraire efficacement les caractéristiques physiques internes de l’objet trié, en utilisant l’algorithme d’intelligence artificielle pour le classer au mieux et avec le système du jet d’air à haute pression pour réaliser la séparation spatiale de l’objet trié. Ce procédé présente trois avantages. Citons en premier la précision sur la base des caractéristiques de pénétration des rayons. Le système peut extraire efficacement les caractéristiques structurelles internes du minerai, afin d’obtenir une identification et une classification précise des minéraux, une réduction des coûts invalides, une amélioration de l’efficacité énergétique. Le deuxième avantage est la haute efficacité. Le système en ligne intelligent assure un fonctionnement stable à haut volume ainsi qu’une amélioration de la productivité. Ce procédé se distingue par sa sécurité du fait qu’il élimine la nécessité pour les mineurs d’opérer dans des environnements difficiles sur la ligne de traitement et évite les dommages inutiles à la santé.

Quelles seront les retombées de ces projets ?
Une fois lancé, le projet favorisera la création directe de plus de 200 emplois pour la population locale. Il sera également procédé au lancement d’un centre spécialisé dans la formation des métiers des mines au profit des jeunes des provinces de Khemisset-Oulmès. L’installation du projet donnera par ailleurs un coup de pouce significatif au développement économique et environnemental. Il devrait commencer six mois plus tard pour générer des recettes fiscales de plus de 5 millions de dirhams.

Quelles sont vos perspectives de développement dans la zone ?
Il est utile de rappeler que l’investissement initial du plan dépasse 10 millions de dollars. Le plan futur consiste à investir 20 millions de dollars supplémentaires pour former une chaîne industrielle d’exploitation minière, et de sélection et de métallurgie vu que la région est une zone minière par excellence mais qui reste sous-exploitée. Et la société s’engage à réinvestir 30% des bénéfices dans d’autres secteurs d’activité dans la région.

Comment se décline votre vision RSE dans votre périmètre d’activité ?
La société finance dans les infrastructures rurales pour permettre aux régions rurales d’apporter leur propre force, notamment à travers l’amélioration du réseau routier des montagnes éloignées et l’approvisionnement en eau, électricité et d’autres installations. Nous investissons également dans les écoles des zones rurales afin de faire bénéficier plus d’enfants d’un apprentissage et éducation de qualité comme nous construisons et réaménageons des hôpitaux et mosquées pour améliorer le bien-être de la communauté locale. Notre vision porte également sur la mise en place d’un fonds public d’aide sociale pour soutenir l’éducation rurale et les étudiants en situation difficile. Nous nous engageons également à parrainer les étudiants brillants pour des études supérieures en Chine et à promouvoir les échanges culturels entre la Chine et le Maroc. Nous avons lancé notre feuille de route «EC.RSE». Elle repose sur trois piliers, l’impact sur le climat, l’absence de l’utilisation des ressources hydriques dans le traitement, y compris la circularité, et l’amélioration de la qualité de vie de la population par un impact direct et durable dans le temps. Nous nous sommes, par exemple, engagés à construire et à équiper un hôpital avec un budget de 10.000.000 DH et notre engagement porte également sur la mise en place d’un fonds public d’aide sociale pour soutenir l’éducation rurale et les étudiants en situation difficile avec un budget de 30.000.000 DH. Nous nous engageons également à parrainer les étudiants brillants pour des études supérieures en Chine et à promouvoir les échanges culturels entre la Chine et le Maroc. Enfin, nous avons de nombreuses ambitions en matière sociétale et avons lancé le plan «EC.RSE», qui prévoit notamment l’atteinte de la parité homme-femme (pour les postes de cadres) dans les 6 mois de début d’activités.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.