Situé à 300 km au sud de Dakhla: L’ANP lance quatre appels d’offres pour achever le port Lamhiriz

Situé à 300 km au sud de Dakhla: L’ANP lance quatre appels d’offres pour achever le port Lamhiriz

Le nouveau port de pêche de Lamhiriz contribuera à la création d’une dynamique économique dans la région, à la valorisation optimale des ressources halieutiques et leur commercialisation dans les meilleures conditions.

L’Agence nationale des ports (ANP) poursuivit les travaux de réalisation du port Lamhiriz situé au sud de Dakhla, et vient de publier une série de quatre appels d’offres pour achever ce projet.
Dans les détails, l’ANP a publié dernièrement quatre appels d’offres relatifs à ce nouveau de port de pêche et qui portent sur la réalisation des prestations de contrôle et suivi des travaux de viabilisation et d’électrification, le contrôle topographique et la réalisation des essais de laboratoire et contrôle de qualité de ces travaux.

Réalisé dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud lancé par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40è anniversaire de la Marche Verte, ce port a nécessité un investissement total de 242 millions de DH. Le site concerné par le projet est situé sur le littoral atlantique de la province d’Aousserd à 300 km environ au sud de Dakhla. Un village de pêcheurs est implanté à proximité de ce site, il comprend une halle au poisson, une fabrique de glace et des locaux administratifs.
Le nouveau port de pêche de Lamhiriz contribuera à la création d’une dynamique économique dans la région, à la valorisation optimale des ressources halieutiques et leur commercialisation dans les meilleures conditions.

Cette infrastructure comprendra plusieurs ouvrages, notamment une digue principale de 400 m de longueur, une digue secondaire de 125 m, des quais d’accostage d’une longueur de 140 m et un quai flottant pour approvisionner les bateaux en carburant. Le nouveau port permettra d’améliorer les conditions des pêcheurs implantés au village de pêche à proximité du site de Lamhiriz et développer la flotte de pêche artisanale. Il s’agit aussi d’exploiter une partie du stock C. Ce projet va également contribuer au développement local de la région. Ce port profitera essentiellement à la pêche artisanale et côtière et pourra accueillir 300 barques et 22 sardiniers. Des unités de transformation du pélagique et de congélation sont prévues au niveau de chantier vital pour la seconde province de la région de Dakhla-Oued Eddahab, celle d’Aousserd.

Pour rappel, le port de Dakhla, considéré comme le plus important au niveau national, contribue largement au processus de développement socio-économique de la région de Dakhla Oued-Eddahab. La production de la région en 2019 représente 47% de la production halieutique nationale et 34% en valeur.
De même, la région dispose d’un potentiel halieutique de taille, représentant 65% du potentiel national exploitable, constitué de 80% de poissons pélagiques et de 20% de poissons démersales.
Cette région est également dotée de 6 villages de pêcheurs équipés par des halles aux poissons,
un centre de qualification maritime et un centre régional de l’Institut national de recherche halieutique (INRH). A cela s’ajoute le projet du Port Dakhla Atlantique qui mobilisera à lui seul plus de 7 milliards de DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *