Sociétés régionales d’eau et d’électricité : Course contre la montre

Sociétés régionales d’eau et d’électricité : Course contre la montre

Régions pilotes, adoption de lois, réunions avec les partenaires sociaux… les premiers détails

Exit les régies autonomes, place aux sociétés régionales. Le compte à rebours commence pour les futures sociétés régionales d’eau et d’électricité. Les responsables multiplient les réunions, notamment avec les partenaires sociaux, pour préparer le terrain à la création de ces nouvelles entités. Les premières devraient voir le jour très bientôt dans trois mois. Pour aller plus vite, les autorités compétentes vont agir par étape. Autrement, quatre sociétés régionales devraient voir le jour dans des régions pilotes dans une première phase, notamment la région de Casablanca.

Le hic, c’est que le cadre légal de ces entreprises n’a pas encore reçu le visa du Parlement qui ne démarre ses travaux que dans quelques jours. Ainsi, les textes en question risquent d’être parmi les textes prioritaires des prochaines semaines et surtout les toutes premières lois adoptées par les nouveaux parlementaires qui prennent leurs quartiers vendredi prochain. Les responsables comptent ainsi sur la réactivité des députés et conseillers parlementaires pour l’adoption des lois sur les sociétés régionales avant la fin de 2021 puisque les premières entreprises régionales vont voir le jour dès janvier 2022 selon le calendrier initial. En attendant, les autorités compétentes multiplient les réunions avec les partenaires sociaux. La Direction générale des collectivités locales au sein du ministère de l’intérieur a déjà rencontré les syndicalistes pour exposer les enjeux de la réforme et la portée du projet.

Réforme globale

Il semble ainsi que la création des entreprises régionale rentre dans le cadre de la réforme des entreprises publiques voulue par l’Etat pour revigorer le secteur public. Dans ce sens, l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) est au centre de la réforme en cours. Ainsi, l’Office sera actionnaire dans les entreprises en question aux côtés du ministère de l’intérieur ainsi que les collectivités territoriales. Un projet qui devrait permettre à l’ONEE de se consacrer entièrement à son cœur de métier et piloter les grands investissements dans le secteur de l’énergie et de l’eau potable sans oublier l’assainissement et les eaux usées.

Il faut signaler dans ce sens que certaines activités liées au transit commence à peser dans le bilan de l’Office. L’objectif désormais est d’alléger le fardeau sur cette entreprises publiques stratégiques à travers la création de sociétés régionales. Une nouveauté qui va s’accompagner de changements importants pour certains acteurs locaux dans le domaine de l’eau et de l’électricité. Ainsi, la Lydec va élargir son périmètre d’intervention dans la région du Grand Casablanca. Dans un communiqué, la société affirme être déjà prête «à reprendre la totalité des services de distribution d’eau et d’électricité» dans le périmètre de l’Etablissement de coopération intercommunal, El Baida, «et servir 400.000 nouveaux clients en électricité et 100.000 nouveaux clients en eau, soit près de 30% d’activité supplémentaire» pour la Lydec. Cette dernière n’écarte pas la conclusion de partenariat dans le futur, avec les prochaines entités, pour l’échange du savoir faire et de l’expertise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *