Tanger restructure ses marchés de proximité

Tanger restructure ses marchés de proximité

Parmi les marchés de proximité prévus d’être créés et réaménagés dans le cadre du programme royal Tanger-Métropole, figure celui de Bir Chifa, dont les travaux avancent conformément au planning préétabli.

C’est ce qui ressort de la dernière assemblée de la Chambre de commerce, d’industrie et de services de Tanger (CCIST) présidée, dernièrement, par Omar Moro, président de la Chambre. Prévu d’être réalisé d’ici 2017, «ce programme de mise à niveau des marchés de proximité a fait l’objet d’un grand nombre de réunions de concertation et d’information avec les commerçants», affirme Abdelhafid Chergui, vice-président du conseil de Tanger. 

D’un investissement global de 100 millions de dirhams, les travaux de construction du premier marché de proximité dans le cadre du programme Tanger-Métropole, à savoir celui de Bir Chifa, ont été lancés, le 9 avril, par SM le Roi Mohammed VI.

Situé au quartier populaire Béni Makada, ce projet socio-économique – qui s’étend sur une superficie globale de près d’un hectare – vise «l’amélioration des conditions de travail des commerçants, la sédentarisation des marchands ambulants, ainsi que l’éradication des constructions insalubres», selon les responsables de ce projet.

Il est à noter que ce nouveau marché Bir Chifa sera composé de quelque 715 commerces, des services administratifs et de gestion ainsi que d’autres dépendances. Il sera aussi doté d’un parking souterrain moderne pouvant accueillir jusqu’à 200 véhicules.

Il est prévu, par ailleurs, le transfert de quelques marchés de proximité à d’autres lieux, et ce, en vue de fluidifier la circulation dans le centre-ville. Parmi lesquels il y a lieu de citer celui des ferronniers de Sidi Bouabid, qui sera déplacé aussi à Béni Makada. Quelque 350 millions de dirhams seront ainsi mobilisés pour la réalisation de ce nouveau complexe.

Lequel comportera, en plus des ateliers, des espaces aménagés pour l’exposition et la vente des objets en fer forgé, réalisés par les artisans bénéficiaires de ce projet. Il est destiné à accueillir plus de 350 ferronniers, dont la majorité exerce dans l’actuel souk d’Al Haddadine.

Le souk D’bara verra aussi le déplacement de son siège sur la Place 9 avril. Considéré comme un site historique, il sera érigé sur des parkings souterrains, à des centaines de mètres de l’ensemble de ses locaux, qui se trouve dans un état de délabrement avancé.

«Les bénéficiaires deviennent propriétaires du local en payant chacun 50.000 dirhams», précise M. Chergui. Il est à rappeler que Tanger a connu, dans le passé, le lancement de plusieurs projets de restructuration et mises à niveau de ses marchés, dont la plupart ont tourné à l’échec.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *