Tanger : Un projet de transfert des unités de textile vers la périphérie

Tanger : Un projet de transfert des unités  de textile vers la périphérie

Une nouvelle zone industrielle bien adaptée à l’exercice de leurs activités

Après l’inondation d’une usine (dans la cave d’une villa), qui a fait 28 morts, les autorités locales à Tanger multiplient les réunions avec des associations professionnelles, la Chambre de commerce, d’industrie et de service, la commune et ses autres partenaires pour étudier toutes les possibilités permettant de transférer des ateliers de textile, situés au centre-ville ou dans des zones d’habitation, vers la périphérie.

Ainsi, elles ont décidé en concertation avec les parties concernées de doter la ville d’un nouveau site industriel destiné à réunir toutes ces usines dans des locaux bien adaptés à la capacité de leur production et à l’effectif de leurs personnels. Cette nouvelle zone industrielle sera construite sur une superficie de 17 hectares et selon les normes de sécurité en vigueur. Ce qui permet de libérer des quartiers d’habitation et du centre-ville de ces usines et d’assurer la sécurité de leurs employés tout en améliorant leurs conditions du travail au sein des ateliers.
Notons que selon une enquête réalisée à la suite du drame de cette usine, plusieurs dizaines d’unités de textiles se trouvent parmi des zones d’habitation. Elle devraient être transférées à ce nouveau site industriel bien adapté à leurs activités industrielles.

Appel à interdire des unités industrielles dans des zones d’habitation

Par ailleurs, l’inondation de l’usine de textile à Tanger a suscité l’indignation de la population tangéroise et entraîné un élan de solidarité avec les familles des victimes, mais aussi le soutien des industriels, particulièrement des professionnels du textile, pour aider au recrutement des employés ayant survécu de ce drame. Elle a été à l’origine de la mobilisation des Marocains en général et des Tangérois en particulier, sur les réseaux sociaux pour appeler les responsables à intervenir pour déterminer les causes et toutes les responsabilités dans ce drame, tout en interdisant l’exercice des activités industrielles dans des zones d’habitation et sans aucun respect des mesures de sécurité des employés et la tranquillité du voisinage. D’autant plus qu’à l’instar de l’usine où a eu lieu ce drame, certaines unités de textile – qui sont immatriculées au registre du commerce et déclarées à la CNSS – ont continué d’exercer leurs activités sans aucune autorisation d’exploitation de leurs locaux.

Une pétition pour créer une zone pour les PME du textile

Il y a lieu de citer que pour l’organisation, la restructuration et le développement du secteur, qui est à l’origine d’un nombre croissant d’emplois dans la région du Nord, l’Association marocaine des lauréats des instituts du textile et de l’habillement (AMALITH) vient d’émettre une pétition à destination du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Elles appellent les conseillers élus à intervenir pour contribuer à la mise en place d’une nouvelle zone industrielle, destinée à accueillir des PME du textile-habillement et d’aider à la promotion des programmes d’innovation et la création de nouvelles marques nationales à même de rivaliser avec celles déjà existantes tant au niveau national qu’international. Cette pétition a été lancée à la suite d’une rencontre organisée par l’Amalith sur la question de l’inadéquation entre l’offre de formation et les besoins des entreprises ainsi que les principaux obstacles au développement de l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *