Textile : Les ventes à l’export redécollent

Textile : Les ventes à l’export redécollent

Le secteur a enregistré la plus forte évolution vers l’Europe avec plus de 23%

Le secteur est porté par 1.628 entreprises employant 189.000 personnes captant ainsi 22% des emplois au niveau national. Il génère à lui seul un chiffre d’affaires de 50,48 milliards de dirhams et de 36,5 milliards de dirhams à l’export. Sa valeur ajoutée est, quant à elle, estimée à 15,88 milliards de dirhams.

Regain de confiance chez les textiliens. L’activité du secteur renoue avec la hausse après un exercice 2020 plombé par la crise sanitaire. En effet, les ventes à l’export se sont nettement redressées. Le secteur a enregistré récemment la plus forte évolution des exportations vers l’Europe avec plus de 23%. Cet indicateur a été révélé lors du troisième rendez-vous de l’industrie, tenu mercredi par le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique en présence des opérateurs. L’occasion étant de dresser l’état des lieux du secteur, ses réalisations dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI) et d’identifier les principaux enjeux de son développement.
«Le textile est devenu un secteur à la pointe de la technologie, qui intègre des savoir-faire qui sont rares et importants. Nous avons une main-d’œuvre qualifiée qui a une histoire avec le secteur du textile. C’est un vrai capital immatériel du Maroc», peut-on relever de Moulay Hafid Elalamy, ministre de tutelle. Et de souligner que «seuls ceux qui sont dans le technique, dans l’innovation, dans la préparation de la génération future, dans les industries 4.0, sont en mesure de survivre. C’est une guerre ouverte et permanente».

Le secteur est porté par 1.628 entreprises employant 189.000 personnes captant ainsi 22% des emplois au niveau national. Il génère à lui seul un chiffre d’affaires de 50,48 milliards de dirhams et de 36,5 milliards de dirhams à l’export. Sa valeur ajoutée est, quant à elle, estimée à 15,88 milliards de dirhams.
A l’ère de la Covid, le secteur a fait preuve d’agilité et de résilience. Une mobilisation qui selon Mohammed Boubouh, président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), a permis au Maroc de pallier les besoins par la voie de la fabrication locale. «Avec l’appui du ministère, les textiliens sont parvenus à fabriquer des masques en un temps record», indique-t-il. Les professionnels participant à cet événement étaient unanimes sur le fait que cette réactivité a amené le secteur à opérer une reconversion rapide ayant permis l’émergence d’une nouvelle filière à l’instar du textile technique à usage médical.
Les enjeux à relever….

Se référant à Moulay Hafid Elalamy, le Maroc est en train de regagner ses galons dans le textile et l’habillement mais plus comme avant. «Les opérateurs marocains vendent de la qualité, du savoir-faire, des prix, mais aussi de la mode, des marques nouvelles et une intelligence», indique le ministre qui a listé lors de son intervention les défis à relever pour rehausser davantage la performance du secteur. L’enjeu étant de parvenir à positionner le Maroc comme étant un acteur incontournable, un acteur de qualité et fiable. «Aujourd’hui, le Maroc est en ordre de bataille pour gagner l’avenir, et nous allons le gagner», relève-t-on de Moulay Hafid Elalamy. Les professionnels pour leur part misent sur deux donnes. Citons en l’occurrence le renforcement de l’amont et de l’innovation. «Les donneurs d’ordre savent très bien, aujourd’hui, que le problème, ce n’est pas produire, mais vendre. Alors, pour passer de la sous-traitance au produit fini, la créativité s’impose comme critère essentiel», affirme pour sa part le président de l’AMITH. L’heure étant ainsi d’investir dans la recherche et développement. L’appropriation du marché local est également un challenge à relever en misant sur la commande publique comme levier d’accompagnement des industriels nationaux.

Banque de projets : Plus de 2,5 MMDH d’investissements retenus

Pour booster la commande publique, le ministère de tutelle a mis en ligne en septembre 2020 une banque de projets à fort potentiel d’investissement. A ce jour, 80 projets de plus de 2,5 milliards de dirhams ont été retenus pour le textile générant près de 9.000 emplois. Le potentiel prévisionnel du chiffre d’affaires local est estimé à 2,47 milliards de dirhams. Les prévisions à l’export tablent sur un chiffre d’affaires de 3,17 milliards de dirhams. Il est à noter que le Plan d’accélération industrielle a insufflé une bonne dynamique dans le secteur. Grâce à cette feuille de route, le textile marocain a réalisé une bonne performance sur le cap 2014-2020. Au total, plus de 116.500 postes ont été créés les six dernières années marquant ainsi un dépassement de l’objectif initial de 100.000 postes.

En dépit du contexte difficile de l’année 2020, le secteur a créé au titre de cet exercice 10.684 emplois. Le secteur a par ailleurs réalisé un chiffre d’affaires additionnel à l’export de 5,5 milliards de dirhams entre 2014 et 2019 au moment où l’objectif initial fixé dans le cadre du Plan d’accélération industrielle était de 5 milliards de dirhams.

En 2020, le textile a réussi à réaliser un chiffre d’affaires d’un volume de 28,6 milliards de dirhams. Grâce au Plan d’accélération industrielle, le secteur a drainé 203 investissements d’un montant global de 5,4 milliards de dirhams. La moitié de ces projets concerne la fastfashion et l’habillement, suivis de la filière émergente du textile à usage technique qui capte 17 % des investissements dans le secteur. Les parts restantes sont réparties sur les écosystèmes du denim, de la maille, du distributeur et du textile maison. Ces projets qui sont répartis sur 8 régions du Maroc généreront à terme 31.310 emplois et un chiffre d’affaires de plus de 12 milliards de dirhams dont 8 milliards à l’export.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *