Textile: Un budget additionnel pour le programme maroco-suisse GTEX

Textile: Un budget additionnel pour le programme maroco-suisse GTEX

Le Maroc et la Suisse ont signé, lundi à Rabat, un amendement de l’Accord spécifique de mise en œuvre du Programme Global pour le Textile et l’Habillement (GTEX), conclu le 22 novembre 2018, pour la période 2019-2021, portant sur l’octroi d’un budget additionnel au Royaume.

A travers cet amendement, signé lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, et l’ambassadeur de Suisse au Maroc, Guillaume Scheurer, la contribution financière totale accordée par le Conseil fédéral suisse, depuis le lancement du programme, s’élève ainsi à près de 17 millions de dirhams (MDH), indique un communiqué du ministère.

Cette rallonge budgétaire sera octroyée aux activités mises en œuvre au titre de l’année 2022-2023, fait savoir la même source, ajoutant que le gouvernement marocain assurera, de son côté, un co-financement en nature équivalent à 10% de ce montant, pour couvrir les aspects logistiques et de gestion du projet.

La signature de cet accord donne une nouvelle impulsion au partenariat réunissant les deux pays à travers le programme GTEX qui a pour objectif d’améliorer la compétitivité du secteur Textile et Habillement, note le communiqué.

« Ce projet correspond parfaitement aux priorités que s’assignent le nouveau gouvernement et rejoint le Plan de relance industrielle dans son volet visant à hisser la compétitivité du secteur en lui apportant les outils à même d’assurer sa montée en gamme et le renforcement de sa chaîne de valeur par le biais d’un amont fort et de l’innovation, mais aussi de répondre aux enjeux écologiques à venir », a déclaré M. Mezzour à cette occasion, affirmant que le Maroc aspire à devenir une base industrielle décarbonée et circulaire.

Le ministre a, en outre, insisté sur la formation, axe fondamental de ce partenariat, qui reste, selon lui, « un élément clé appelé sans cesse à se mettre au diapason des évolutions que connaît le secteur au niveau mondial, condition sine qua non pour que le secteur puisse améliorer son intégration et se positionner dans de nouveaux marchés ».

Pour sa part, M. Scheurer s’est réjoui de l’extension de ce programme, saluant « l’adaptation du GTEX face à la crise sanitaire au Maroc par le ministère et l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH) ».

« L’orientation des deux prochaines années vers la digitalisation, la durabilité sociale et environnementale, ainsi que l’économie circulaire sera particulièrement opportune” a-t-il souligné.

En étroite collaboration avec le ministère de l’Industrie et du commerce, l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et Maroc PME, le programme GTEX intervient sur l’ensemble de l’écosystème textile et de ses institutions pour la mise en place de plans stratégiques, la refonte organisationnelle, la labellisation, l’accroissement de l’offre de services et la digitalisation.

Ce programme a ainsi permis l’accompagnement de plus de 30 entreprises de différentes régions à travers le développement d’un guide des mécanismes de financement et la création d’une plateforme de mise en relation entre fournisseurs et producteurs de masques, durant la crise sanitaire du Coronavirus.Le programme a également assisté 14 entreprises dans l’efficacité des ressources et économie circulaire et dispensé cinq cycles de formation au profit de 84 bénéficiaires dans, entre autres, le lean management, la qualité ou encore la stratégie marketing /branding.

Ce renforcement de capacités s’est traduit par une amélioration des capacités de gestion des bénéficiaires malgré les deux années marquées par les contraintes liées à la pandémie.

Fort de son succès, le programme poursuivra sa mission en se focalisant sur la mise à niveau des entreprises en matière de marketing digital et leur accompagnement dans le processus de décarbonation, mais aussi sur la conquête de nouveaux marchés, notamment par la participation aux salons professionnels et le développement des actions BtoB.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *