Economie

Tourisme : des chiffres et des lettres

© D.R

Le département du Tourisme vient de diffuser une nouvelle publication statistique. Il s’agit d’un nouveau format du tableau de bord des statistiques qui met en relief, parmi un ensemble d’indicateurs, ceux ayant une forte pertinence. Le ministère tente, à travers cet outil, d’apporter plus de clarté aux différents indicateurs touristiques. C’est chose faite à travers cette première livraison qui dresse, chiffres et graphiques à l’appui, deux grands ensembles de données : d’une part, les statistiques nationales du mois d’octobre, ventilées par région et, d’autre part, une synthèse de l’évolution des principaux indicateurs touristiques pour les dix premiers mois de l’année 2003 comparés à ceux de l’année 2002. À la lecture de ces chiffres, il en découle que le nombre total des nuitées déclarées par les hôtels classés affiche un recul de -11% en octobre 2003 par rapport au même mois de l’année précédente. Et le cumul des nuitées réalisées depuis le début de l’année 2003 de janvier à octobre affiche, lui aussi, un recul de – 2% par rapport aux 10 premiers mois de l’année 2002. La baisse des nuitées du mois d’octobre a touché pratiquement toutes les principales destinations touristiques du pays. Il s’agit d’Agadir (-6%), Marrakech (-8%), Casablanca (-17%) ou encore Ouarzazate qui enregistre un record de baisse de – 21%. La seule exception à noter reste la ville de Tanger qui a enregistré, durant cette période, une hausse de +9%. Ce schéma se reproduit également au niveau de l’évolution des nuitées hôtelières réalisées sur les 10 premiers mois de 2003 qui a enregistré une baisse générale de l’ordre de -2%. Ainsi, Marrakech demeure plutôt stable (-1%), Fès en chute de -9%, Casablanca et Ouarzazate en net recul avec respectivement -10% et -13%. Deux villes échappent cependant à ce dessin : il s’agit d’Agadir en hausse de +5% et Tanger avec, encore une fois, une hausse de +9%. Une situation plutôt mitigée au regard du contexte de l’année 2003, et qui fut marquée par les événements du 16 mai ainsi que par la morosité des économies européennes. Par ailleurs, la forte baisse enregistrée en octobre est principalement due à un léger retournement observé sur le marché français qui a enregistré, à lui seul, une baisse de – 4%. Sachant que ce marché a représenté, à lui seul, 41% du total des nuitées réalisées durant cette période. L’explication avancée par le ministère renvoie au « manque d’enthousiasme » d’un certain nombre de voyagistes français pour la destination Maroc durant cette période. Autre facteur aggravant, le net recul du tourisme interne (-10%) par rapport à octobre 2002. Là encore, l’explication est plutôt d’ordre social puisque cette période coïncide avec le glissement de date du mois de Ramadan durant ce mois. Sur l’ensemble de l’année 2003, le marché français a été globalement en hausse depuis le début de l’année compensant ainsi le recul des marchés italien et allemand. Pour rappel, ces derniers ont représenté respectivement 5% et 7% du nombre des nuitées réalisées au cours du mois d’octobre. Les touristes arabes n’ont représenté pour leur part que 9% des nuitées effectuées au cours de ce mois. Des chiffres qui traduisent dans l’ensemble la faible pénétration du produit national dans des marchés touristiques aussi importants. Désolant.

Articles similaires

EconomieUne

BMCI dévoile les avantages de son offre CapAccess

Résolument engagée pour soutenir la relance de l’investissement au Maroc

EconomieUne

Et de deux pour le Forum international de la chimie à Rabat

Cette rencontre d’envergure ambitionne d’établir des alliances avec des acteurs internationaux de...

CouvertureEconomieUne

Le Maroc se lance dans la production d’avions-cargos

Des géants américains de l’aéronautique annoncent un accord pour l’installation d’une zone...

EconomieUne

Pêche côtière et artisanale : Près de 3 milliards de dirhams des débarquements à fin mars

L’essentiel des débarquements est réalisé au niveau des ports de l’Atlantique.