Tout savoir sur les sources de revenu des ménages

Tout savoir sur les sources de revenu des ménages

Selon le HCP, les inégalités salariales contribuent pour 40% aux inégalités du revenu global

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié son analyse sur «Les sources de revenu des ménages: structure et inégalité» à partir des données issues de l’enquête nationale sur les sources de revenu réalisée en 2019. Il en ressort qu’au Maroc, les inégalités salariales contribuent pour 40% aux inégalités du revenu global mesurées par l’indice de Gini. Le revenu salarial des 20% des ménages les plus aisés est 14,1 fois celui des 20% des ménages les moins aisés.

Cet écart est de 25,9 fois entre les 10% des ménages les plus aisés et les 10% les moins aisés. Selon le HCP, les revenus provenant de l’emploi indépendant non agricole présentent les écarts les plus prononcés. En effet, les 20% des ménages les plus aisés détiennent 16,5 fois le revenu des 20% des ménages les moins aisés. Cet écart est de 38,4 fois entre les 10% des ménages les plus aisés et les 10% des ménages les moins aisés. Par ailleurs, le revenu agricole des 20% des ménages les plus aisés est 15,2 fois celui des 20% des ménages les moins aisés. Cet écart est de 38 fois entre les 10% les plus aisés et les 10% les moins aisés. Au total, les disparités associées à la répartition du revenu agricole contribuent à hauteur de 13,2% aux inégalités du revenu global des ménages. Cette contribution s’élève à 60% en milieu rural. Les inégalités associées aux revenus de transferts expliquent près de 16,9% de l’inégalité du revenu des ménages. Cela dit, c’est en milieu urbain qu’elles génèrent une part plus importante de l’inégalité du revenu (19,9%) contre 4,8% en milieu rural.

41% des ménages disposent de 5 sources de revenu et 0,6% de 6 sources

Les ménages marocains vivent avec près de 3 sources de revenu (2,7 en milieu urbain et 3,5 en milieu rural). Dans le détail, le HCP précise que 41,7% disposent de trois sources de revenu, 29,6% de deux sources et 20,2% de quatre sources. La part des ménages disposant d’au moins quatre sources de revenu est plus élevée en milieu rural (47,1%) qu’en milieu urbain (14,2%). Il faut aussi relever que 4,1 % des ménages disposent de 5 sources de revenu et 0,6% de 6 sources. Dans son analyse, le HCP fait savoir que les salaires en milieu urbain et les revenus agricoles en milieu rural représentent les principales sources de revenu. En effet, 38% des revenus des ménages proviennent des salaires.

Ce taux est de 44% en milieu urbain contre 23% en milieu rural. Cette proportion est de 26,6% pour les 20% des ménages les moins aisés, 38% pour les 60% des ménages intermédiaires et 39,2% pour les 20% les plus aisés. Avec une contribution de 20% au revenu global, les transferts constituent, en termes d’importance, la deuxième source de revenu des ménages marocains. Ces transferts proviennent à hauteur de 49% d’institutions publiques, 40% des ménages et 11% d’institutions privées. Ils représentent 22% des revenus des ménages citadins (53% provenant d’institutions publiques, 36% des ménages et 11% d’institutions privées) et 14% des revenus des ménages ruraux (32% d’institutions publiques, 60% des ménages et 8% d’institutions privées). Par tranche de revenu, les transferts constituent 28% du revenu des 20% des ménages les moins aisés, 21,2% de celui des ménages intermédiaires et 18,5% des ménages aisés.
Le revenu mixte provenant de l’emploi indépendant non agricole, où participent le travail et le capital, constitue 18% des revenus des ménages (20% en milieu urbain et 12% en milieu rural). L’année 2019 (où l’enquête a été réalisée) qui a été marquée par une mauvaise campagne agricole s’est soldée par un revenu agricole global de 10% au profit des ménages (36,7% en milieu rural et 0,7% en milieu urbain). Le revenu agricole constitue ainsi 8,1% du revenu des 20% des ménages les moins aisés et 7,3% de celui des ménages intermédiaires. En revanche, les revenus agricoles contribuent à hauteur de 12,9% au revenu des 20% des ménages les plus aisés. Le revenu agricole représente, en milieu rural, plus de la moitié des revenus des 20% des ménages les plus aisés (54,4%), 19% de ceux des ménages intermédiaires et 9% de ceux des moins aisés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *