970x250

Trésor : 96 MMDH de recettes générées à fin avril

Trésor : 96 MMDH de recettes générées à fin avril

Exécutées à hauteur de 36,5% par rapport aux prévisions de la loi de Finances

«L’exécution de la loi de Finances pour l’année 2022 se déroule dans un contexte marqué par la poursuite de la reprise des activités économiques entamée à partir de 2021, mais qui demeure confrontée, d’une part, à la faible campagne céréalière et, d’autre part, au renchérissement des cours des matières premières, notamment l’énergie et les céréales, aux tensions inflationnistes et aux perturbations des chaînes de production et d’approvisionnement mondiales». C’est en ces termes que le ministère de l’économie et des finances commente son récent document statistique. Une publication qui met en avant les résultats de l’exécution des prévisions de la loi de Finances tout en établissant une comparaison avec les résultats atteints à la même période de l’année précédente. Ainsi, la situation des charges et ressources du Trésor à fin avril 2022 fait ressortir un déficit budgétaire de 11,5 milliards DH, contre 21,7 milliards DH un an auparavant.

Cette évolution recouvre une augmentation de 18,1 milliards DH de recettes qui demeure plus importante que celle des dépenses globales (+7,8 milliards DH). Sur une base nette des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, les recettes ont progressé de 23,2% au titre des quatre premiers mois de l’année pour s’établir à 96,01 milliards DH contre 77,95 milliards DH une année plus tôt. Elles marquent par ailleurs un taux de réalisation de 36,5% comparé aux prévisions de la loi de Finances. «Les recettes fiscales ont affiché globalement un bon comportement, avec une progression de 16,2 milliards DH ou 22,5%, enregistrant ainsi un taux de réalisation de 39,6%, et ce, en dépit de la poursuite de l’effort de remboursement des crédits de TVA», relève-t-on de la publication du ministère de l’économie et des finances. Et d’ajouter que «les remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, y compris la part supportée par les collectivités territoriales, ont ainsi atteint un montant de 6,9 milliards DH, contre 4,6 milliards DH à fin avril 2021». Par ailleurs, l’exécution des dépenses ordinaires fait ressortir une hausse de 12,9%, soit des émissions de l’ordre de 98,51 milliards DH.

Elles ont été exécutées à hauteur de 37,6% par rapport aux prévisions de la loi de Finances. «Cette évolution par rapport à fin avril 2021 s’explique principalement par la hausse des charges de la compensation (+6,3 milliards DH) et des dépenses afférentes aux biens et services (+4,6 milliards DH)», relève-t-on du document statistique. Et de préciser que «l’augmentation des charges de la compensation est attribuable, notamment, à la hausse du cours du gaz butane qui a atteint une moyenne de 885 $/T contre près de 528 $/T à fin avril 2021. Ces charges ont enregistré un taux d’exécution de 73,1%».

Pour ce qui est des comptes spéciaux du Trésor, ils ont dégagé un solde excédentaire de près de 17,8 milliards DH, contre 12,2 milliards DH à fin avril 2021. «Les ressources des comptes spéciaux du Trésor tiennent compte d’un montant de 6,1 milliards DH correspondant au produit de la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et les revenus, affecté au Fonds d’appui à la protection sociale et à la cohésion sociale, contre 3,2 milliards DH à fin avril 2021», explique le ministère dans sa publication. Notons que le besoin de financement du Trésor est couvert principalement par recours au marché domestique. Il s’est élevé à 19,2 milliards DH à fin avril. «Ce besoin, augmenté des flux nets des placements sur le marché monétaire (+4,9 milliards) et des financements extérieurs (+200 millions), a été couvert principalement par le recours au marché de la dette intérieure pour un flux net de 15 milliards DH», retient-on dans ce sens.

Se référant au ministère de l’économie et des finances, le flux de l’endettement intérieur recouvre des souscriptions pour un montant de près de 50,4 milliards DH, contre 49,8 milliards DH un an auparavant, et des remboursements en principal pour 35,4 milliards DH, contre 34,7 milliards. Par ailleurs, celui de l’endettement extérieur recouvre des tirages de l’ordre de 2,9 milliards DH, contre 6,4 milliards DH à fin avril 2021, et des amortissements de 3 milliards DH, contre 3,4 milliards DH un an auparavant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.