Un Atlas sur la disponibilité des eaux souterraines en projet

Un Atlas sur la disponibilité des eaux souterraines en projet

Qualité de l’eau, pollution, situation des nappes phréatiques …

En plus de permettre à son utilisateur d’avoir un aperçu sur la disponibilité des ressources, cet Atlas dévoile l’état des lieux sur leur répartition spatiale (au niveau national et régional), le suivi quantitatif et qualitatif, l’utilisation et la gestion de l’eau.

L’eau est déterminante tant pour les activités humaines que pour le bon fonctionnement de l’ensemble des écosystèmes existants. Face à la demande croissante en eau et la pression qu’elle subit, la rareté de cette ressource naturelle peut limiter, voire compromettre à terme, le potentiel de plusieurs activités vitales pour le développement d’un pays. Elle est omniprésente, mais la quantité utile pour les activités humaines est répartie de manière variable au niveau d’un seul territoire. Sa présence en quantités déterminées à l’échelle mondiale oblige à considérer la notion de disponibilité de l’eau comme une réalité qu’il faut évaluer. A cela s’ajoute le fait que le changement climatique joue un rôle décisif dans la disponibilité future en eau, dans la mesure où cet élément vital est une des ressources les plus sensibles à ce phénomène avec des conséquences sur l’accès et la qualité de l’eau disponible.

Partant de là, il est d’une importance cruciale de mettre à la disposition des décideurs un outil moderne permettant d’identifier les ressources souterraines de cette denrée. Dans ce contexte, la Direction de la recherche et de la planification de l’eau relevant du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau planche actuellement sur la réalisation d’un «Atlas hydrogéologique» à l’échelle nationale. Il s’agit d’un outil de base de connaissance des eaux souterraines du Maroc destiné aux responsables, aux utilisateurs et différents acteurs dans le domaine de l’eau.

En plus de permettre à son utilisateur d’avoir un aperçu sur la disponibilité des ressources, cet Atlas dévoile l’état des lieux sur leur répartition spatiale (au niveau national et régional), le suivi quantitatif et qualitatif, l’utilisation et la gestion de l’eau. La finalité derrière ce projet serait également de constituer une référence pour le système d’information national sur l’eau et pour toutes les études ultérieures sur la planification, la gestion, la modélisation et la qualité de l’eau. Partant de là, cet Atlas devra contenir un ensemble de graphiques et de cartes thématiques accompagnées de notices explicatives pour chaque nappe, à savoir 130 nappes. Il fournira des cartes visualisant des coupes de chaque nappe et sa situation en précisant les limites. Cet outil contient entre autres une carte des profondeurs par zone et une carte de productivité de la nappe avec le débit exploitable par zone.

Dans ce sens, ces schémas font la distinction entre les secteurs les plus productifs et permettent de prendre connaissance de la qualité de l’eau, les foyers de pollution et de vulnérabilité. Pour la réalisation de ce projet, l’étude lancée par ledit département se base sur l’évaluation de la qualité de l’eau et l’élaboration des bilans des nappes d’eau souterraines. Ce travail sera effectué avec la participation des principaux acteurs du secteur dont les administrations et les établissements qui gèrent ou exploitent les eaux souterraines, notamment les Agences de bassins hydrauliques (ABH), les services Eau au niveau des Directions régionales/provinciales de l’Équipement, les Directions provinciales d’agriculture concernées, les concessionnaires de distribution d’eau potable et de gestion des réseaux d’assainissement, les associations agricoles et industrielles, ou encore les collectivités locales.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *