970x250

Un financement additif de la BAD de 34,2 millions d’euros pour l’extension de l’aéroport Rabat-Salé

Un financement additif de la BAD de 34,2 millions d’euros  pour l’extension de l’aéroport Rabat-Salé

Elle poursuit son soutien financier aux chantiers d’infrastructures

La Banque africaine de développement détient un large portefeuille de projets d’infrastructures au Maroc. Elle appuie financièrement la réalisation de plusieurs chantiers d’envergure dont le projet d’extension et de modernisation de l’aéroport de Rabat-Salé qui vient de bénéficier d’un financement additionnel de 34,2 millions d’euros. La signature de l’accord pour ce prêt est prévue au plus tard au cours du mois de juillet 2022, selon une note de la BAD.
Doté d’une superficie de 71.000 mètres carrés, ce terminal sera mis en service le 31 décembre 2023 et permettra de créer 1.700 emplois directs et 3.400 emplois indirects dont 40% sont des femmes. «Le financement additionnel répond aux mêmes besoins du projet initial. Il est à rappeler que le trafic passager de l’aéroport de Rabat-Salé connaîtra une croissance moyenne annuelle de 6% et atteindra à l’horizon 2035 un trafic de 3 millions de passagers et 5.500 tonnes de fret. Sachant que la capacité actuelle de cet aéroport n’est que de 1,5 million de passagers par an, il devient nécessaire d’adapter ses infrastructures et ses équipements, afin de lui permettre de faire face à la demande prévisionnelle de trafic et assurer un service de qualité en conformité avec les standards internationaux», affirme la même source.

Coût et financement supplémentaire

Au total, le coût initial de réalisation est estimé à 171 millions d’euros dont la part à financer par la BAD s’élève à 75 millions d’euros. Au niveau de l’état d’avancement du projet, le taux de réalisation physique atteint 31% au mois de septembre 2021 et le montant cumulé des décaissements est de plus de 16,80 millions d’euros, soit 22,4% du prêt. En effet, la pandémie a impacté le délai de réalisation du projet. A la demande de l’ONDA, la BAD a donné son accord pour prolonger la date de dernier décaissement du prêt de deux ans, précise l’institution financière.
Actuellement, le coût total du projet (hors toutes taxes et droits de douane) a été mis à jour s’élevant ainsi à 176 millions d’euros. En septembre 2021, le ministère de l’économie et des finances a soumis à la Banque une requête pour un financement supplémentaire. Partant de là, un prêt BAD n’excédant pas 34,2 millions d’euros à l’Office national des aéroports (ONDA), assorti d’une garantie du Royaume du Maroc pour le financement additionnel du Projet d’extension et de modernisation de l’aéroport de Rabat-Salé est recommandé par l’institution financière. «Le financement additionnel du projet d’extension et de modernisation de l’aéroport de Rabat-Salé permettra de financer le déficit de financement initial du projet qui était à la charge de l’ONDA sans modification des activités prévues et garantir, de ce fait, la bonne exécution du projet», explique la même source.

Atteindre 4 millions de passagers à l’horizon 2040

«La Banque a une bonne connaissance du secteur de transport aérien à travers les projets exécutés dans différents pays membres régionaux dont le Maroc dans le cadre du financement de trois projets aéroportuaires qui ont contribué à l’amélioration des infrastructures aéroportuaires et de la sécurité de la navigation aérienne au Maroc», souligne la BAD relevant que le financement dudit projet s’inscrit dans la continuité de l’intervention de la Banque au Maroc et est cohérent avec le cadre et les lignes directrices de la Banque pour l’appui au secteur du transport aérien. Le projet de construction d’un nouveau terminal à l’aéroport Rabat-Salé rentre dans le cadre du développement de la plateforme aéroportuaire, dotant la capitale du Royaume d’une infrastructure moderne et de référence visant le traitement de 4 millions de passagers par an à l’horizon 2040, avec mise en place des équipements aéroportuaires de dernière génération et tenant compte des mesures répondant aux normes et standards internationaux en matière de sûreté, sécurité et de qualité de service, explique la même source.

Consistance du projet

Le nouveau terminal inclut une surface de 18.500 mètres carrés qui comprend un système de traitement bagages automatique au départ, une zone de livraison bagages à l’arrivée et une zone dédiée aux installations techniques, une surface totale de 6.500 m² dédiée aux installations techniques et au passage des gaines, une surface d’environ 31.600 mètres carrés, composé d’un hall public marqué par un espace exposition des avions, une salle d’enregistrement bagages dotée d’une nouvelle disposition de comptoirs, un espace d’inspection filtrage, une salle d’embarquement pour postes éloignés, une salle de livraison bagages et un circuit rouge et vert pour le contrôle douanier à l’arrivée. La construction du nouveau terminal comprend également une surface de 1.900 mètres carrés (dédié au débarquement des passagers empruntant les postes au contact et doté de trottoirs roulants) et un espace de 12.500 mètres carrés, composé d’une salle d’embarquement pour les postes au contact, un espace commercial réalisé suivant un nouveau concept «walk throught», un espace de restauration et des salons pour compagnies.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.