Un PIB par habitant de 50.500 DH à l’horizon 2035, selon la DEPF

Un PIB par habitant de 50.500 DH à l’horizon 2035, selon la DEPF

D’après les scénarios de croissance du capital humain dressés dans sa récente étude


La Direction des études et des prévisions financières (DEPF) se penche sur la relation existant entre le capital humain et la croissance économique. Une étude vient d’être publiée dans ce sens examinant, sur la base d’une approche théorique et économétrique, les facteurs fondamentaux à fort impact sur la croissance économique. «Au regard des résultats précédents, des expériences étrangères et des analyses de la croissance à long terme, il s’avère que le capital humain est un facteur tout aussi important que le travail et le capital physique dans l’explication du développement économique. Une amélioration significative de cette composante pourrait permettre à l’économie marocaine d’atteindre un nouveau palier de croissance», peut-on lire de ce document élaboré par Anass Saidi.

Cette étude a pour objectif de dresser les scénarios de croissance du capital humain et faire ressortir quelques implications possibles pour l’économie nationale. «Le doublement du taux de croissance du stock de capital humain de 3,5% par année à 7% permet d’accélérer la croissance du PIB par habitant de 1,2 point de pourcentage en le hissant de 2,6% par année à 3,8% grâce à une accélération du taux de croissance du PIB de 3,9% à 5,1%», peut-on retenir des conclusions émises. Et de poursuivre que «ceci implique qu’en 2035, l’accélération de l’accumulation de capital humain devrait produire un PIB par habitant de 50.500 dirhams au lieu de 42.300 en l’absence de cette accélération».

L’étude de la DEPF indique par ailleurs qu’en agissant uniquement sur l’accélération du stock de capital humain, une croissance du PIB de 6% par année nécessitera la croissance de ce stock au rythme de 9,8% par année. Si de plus le taux de croissance de la population demeure inchangé, le PIB par habitant devrait croître au rythme de 4,7% par année, et devrait atteindre 58.100 dirhams en 2035. L’étude rappelle, par ailleurs, les principales recommandations émises dans le cadre du nouveau modèle de développement pour le renforcement du capital humain comme axe stratégique de transformation du Maroc. Le nouveau modèle de développement plaide également pour un accès généralisé à une éducation de qualité et un enseignement supérieur axé sur la performance. Par ailleurs, le nouveau modèle propose la formation et la motivation des enseignants, la réorganisation du parcours scolaire, la rénovation des contenus et des méthodes pédagogiques, la responsabilisation des établissements scolaires et le renforcement des capacités de planification et d’exécution.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *