970x250

Une académie digitale voit le jour à Rabat

Une académie digitale voit le jour à Rabat

Ghita Mezzour veut que tous les Marocains maîtrisent le numérique

Désormais, le citoyen lambda peut apprendre le digital. Une démarche qui sera rendue possible par le lancement, mardi à Rabat, de l’académie digitale ou «Academia Raqmya». Une plate-forme qui se veut, tel que le précise la ministre chargée de la transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, de «consolider l’apprentissage efficace basé sur l’égalité des chances». La responsable gouvernementale, qui s’appuie sur les Orientations Royales et le nouveau modèle de développement qui tiennent à cette transition, abonde dans le sens de cette volonté. Le tout en ayant son propre credo partagé également par l’Agence de développement du digital (ADD).

Focus sur le capital humain

La ministre, qui préfère s’exprimer en darija lors de cet événement, signe et persiste. «Un capital humain qualifié», avance-t-elle à propos des bases de cette transition. Pour elle, il est vrai que le Royaume a des compétences lauréates d’universités et écoles supérieures, mais elle veut aussi que l’offre soit, de par ce lancement, «intégrale en répondant aux nouveaux besoins de formation». C’est pourquoi cette plate-forme offre «un contenu diversifié à destination des PME, administrations et citoyens afin de consolider les compétences». «Nous voulons également que les juristes, économistes et commerciaux entre autres aient cet apprentissage numérique», lance-t-elle. L’objectif ultime étant, à son sens, que ce savoir ne soit plus l’apanage d’ingénieurs informaticiens ou programmeurs.
Et de révéler que l’académie digitale offre également des parcours de formation et de sensibilisation destinés aussi bien aux fonctionnaires et entreprises qu’au grand public.
Ce sont ainsi «170 contenus» qui sont proposés pour englober la programmation, les réseaux, l’intelligence artificielle, le big data et bien d’autres spécialités.

Le déploiement de l’académie

Mieux encore, cette plate-forme sera déployée en «deux phases». Il s’agit de celle «pilote étalée sur trois premiers mois au profit des bénéficiaires dans le public et les PME». Quant à la deuxième phase, elle portera sur «la généralisation sur une première année pour 12.500 bénéficiaires dans un premier temps». «Je veux que tous les Marocains aient cette connaissance», poursuit-elle en annonçant également la mobilisation de cet apprentissage «à l’échelle provinciale». Et ce n’est pas tout ! Elle se félicite de la plate-forme numérique dédiée, sur Instructions Royales, au Hadith. Egalement de la partie, Ahmed Toufiq, ministre des habous et des affaires islamiques, n’hésite pas à citer le Saint Coran et plus précisément le «livre numérisé»
qui inspire cette transition. Quant à l’appellation «académie », il lui préfère la dénomination «école». «Nous en avons besoin», indique-t-il à ce propos. Les préfectures et provinces sont elles aussi associées.
A cet égard, Abdelaziz Driouch, président de l’Association marocaine des présidents des conseils des préfectures et des provinces, qui en rassemble 75, estime que «la convention signée lors de ce lancement avec la ministre et l’ADD est destinée à établir un diagnostic des formations pour les fonctionnaires dans les unités territoriales».

Le détail des parcours de formation

Et Sidi Mohammed Drissi Melyani, DG de l’ADD, de détailler la teneur de la plate-forme qui, tel qu’il l’indique, propose «deux parcours de formation». Le «parcours perfectionnement digital» est fait pour la formation continue dans le domaine du digital en faveur des collaborateurs des administrations publiques et des entreprises. Le «parcours acculturation digitale» est, lui, destiné pour la sensibilisation et l’initiation du grand public au digital.
De plus, le catalogue de formation couvre l’acculturation et découverte digitales, la programmation, le design, l’infrastructure et les réseaux, l’intelligence artificielle, le big data, la transformation digitale et conduite du changement, l’Internet des objets, l’industrie 4.0, le marketing digital, le management de projet en mode agile, le développement de startups et les soft skills.
Aussi, des formations d’acculturation digitale sont disponibles en «arabe dialectal destinées au grand public visant à initier les citoyens marocains à certains aspects de base du digital». En outre, la plate-forme, qui ambitionne de former 12.500 bénéficiaires par an, propose, tel que le révèle davantage M. Melyani, «173 cours totalisant plus de 1.200 contenus de formation en plus des contenus de formation mis à disposition par plusieurs partenaires technologiques». En tout, l’académie digitale propose «11 parcours totalisant 173 cours et un total de 1.234 h 46 min de formation».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *