Une vingtaine de recommandations pour sauver la TPE

Une vingtaine de recommandations  pour sauver la TPE

Des pistes de relance ont été discutées lors d’un workshop du CVE régional Casablanca-Settat

La Covid-19 a, en effet, lourdement impacté les très petites entreprises. La quasi-majorité d’entre elles ont été contraintes de fermer durant le confinement. Si certaines TPE ont pu reprendre progressivement leurs activités, d’autres se voient affaiblies financièrement au point de frôler la faillite. Une situation jugée alarmante par le président de la Confédération marocaine de TPE-PME.

La très petite entreprise a été au cœur d’un workshop organisé dans le cadre des travaux du comité de veille économique de la région Casablanca-Settat. Cette rencontre, qui s’est déroulée récemment à Casablanca, a été une occasion pour revenir sur la situation de la TPE, un tissu fortement impacté par la crise sanitaire. Ces travaux ont connu la participation des membres de la Confédération marocaine de TPE-PME notamment ceux opérant dans la région. Contacté par ALM, Abdellah El Fergui, président de la Confédération «salue cette initiative initiée par les responsables de la région de Casablanca-Settat ayant jugé de l’importance d’associer la Confédération au chantier de relance des TPE-PME». Au total, huit focus groupes ont eu lieu, ciblant ainsi des secteurs dynamiques tels que le BTP, l’Agriculture et la pêche, le tourisme, l’artisanat, le commerce ainsi que l’économie solidaire et sociale. A cet effet, la Confédération déclare avoir mené une réflexion accentuée essentiellement sur des propositions «simples mais pas simplistes», tout en insistant sur l’importance d’initier des recommandations structurelles à moyen et long termes au même titre que les recommandations à effets immédiats. «Notre objectif est de participer sereinement à la relance de l’économie régionale avec des conditions optimales. Les propositions émises seront prises en considération lors de l’élaboration d’un programme régionale pour soutenir et accompagner les entreprises surtout les TPE et PME les plus sinistrées au niveau de Casablanca-Settat», explique M.El Fergui.

Ce que propose la Confédération

Près d’une vingtaine de recommandations ont été émises par les représentants de la Confédération marocaine des TPE-PME. Les membres ont revendiqué l’initiation d’un guichet unique 100% digital dédié aux TPE ainsi qu’une cartographie et un guide de l’entrepreneur artisan de la région. Il est, également, recommandé de mettre en place des microfinancements accessibles pour les TPE artisans et agriculteurs notamment pour les profils non-bancarisés. Parmi les propositions émises figurent la création d’une plate-forme logistique dédiée à l’économie solidaire et à la valorisation des produits du terroir, la création d’un espace de coworking dynamique ainsi qu’à l’élaboration d’une plate-forme business et networking. La mise en place d’une cellule pour l’accompagnement des TPE et PME est, aussi, de mise. Elle devrait être créée dans l’optique d’assister les entités à accéder aux financements notamment durant la phase de constitution des dossiers des demandes de crédits. Les membres de la Confédération ont, en outre, plaidé pour l’initiation d’une formation dédiée à la réorientation stratégique en cette période. En vue de promouvoir l’artisanat et valoriser ses produits, il a été proposé de créer une plate-forme logistique dédiée à ce métier ainsi que des quartiers de métiers de l’artisanat et une école pour le développement des compétences et des expertises en collaboration avec l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

Les TPE frôlent la faillite

La Covid-19 a, en effet, lourdement impacté les très petites entreprises. En effet, la quasi-majorité d’entre elles ont été contraintes de fermer durant le confinement. Si certaines TPE ont pu reprendre progressivement leurs activités, d’autres se voient affaiblies financièrement au point de frôler la faillite. Une situation jugée alarmante par le président de la Confédération marocaine de TPE-PME. «Nous avons peur de retrouver à la rentrée des TPE en faillite car la situation est très difficile. Et ce qui la rend encore plus dramatique est le très peu de mécanismes apportés à ce tissu entrepreneurial», relève-t-on de Abdellah El Fergui. Le président de la Confédération déplore les conditions et critères non adaptées aux spécificités des TPE marocaines. «La majorité des TPE n’arrivent pas à déposer leurs demandes de financement à cause des conditions très dures imposées par les banques. Et si jamais elles y arrivent la plupart d’entre elles voient leurs demandes refusées », explique-t-il. Et de préciser qu’«il ne faut pas oublier que nos TPE ont un pied dans le formel et l’autre dans l’informel». Les membres de la Confédération marocaine des TPE et PME demandent, dans ce sens, à tenir des réunions avec le Chef de gouvernement, Mohamed Benchaaboun, Moulay Hafid Elalamy et Abdelouafi Laftit pour discuter d’«une réelle relance» de la TPE marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *