Usage des TIC : Les grands constats de 2020

Usage des TIC : Les grands constats de 2020

L’ANRT livre son enquête annuelle

Le recours au télétravail, au télé-enseignement et à l’achat en ligne en raison des impacts induits par la pandémie de Covid-19 a eu un effet notable sur les usages et une nouvelle perception du numérique. Un constat établi par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) dans le cadre de son enquête annuelle de l’usage des TIC auprès des ménages et des individus. Cette enquête ayant ciblé 3.840 ménages sur la période allant du 08/03/2021 au 04/04/2021 a fait ressortir l’intensification des usages des TIC sous la période de la pandémie de Covid-19. «Le contexte de la pandémie et ce qu’il a entraîné en termes de télétravail d’enseignement à distance et de e-commerce a élargi le parc des internautes», relève-t-on de l’enquête de l’ANRT. Et de préciser que 3,5 millions de personnes ont rejoint la communauté des usagers d’Internet en 2020.

Se référant à l’ANRT, 8 personnes sur 10 estiment que la pandémie a accéléré l’usage des outils numériques au Maroc. «Que ce soit par milieu d’habitat ou en fonction du genre de répondant, une large majorité de Marocains a pris conscience que la pandémie a servi comme catalyseur à l’usage des outils numériques», relève-t-on de l’ANRT. Et de préciser que «dans le milieu urbain, plus de 84% des individus estiment que les changements induits par la pandémie vont être maintenus». L’enquête de l’ANRT démontre également que 3 personnes sur 4 ont vu leur usage du téléphone largement augmenter pendant le confinement. Aussi, 8 personnes sur 10 ont confirmé cette tendance par rapport à l’usage d’Internet, soit 34,3% des répondants. Il ressort également que près de 2 personnes sur 3 ont augmenté leur consommation de médias traditionnels sur ladite période. Retour sur les principaux constats relevés par l’enquête annuelle de l’ANRT.

L’équipement en accès Internet a triplé

L’ANRT fait ressortir dans son étude les effets du confinement et des restrictions sanitaires sur la pratique des internautes. La fréquence de connexion à Internet durant les 3 derniers mois de 2020 est de l’ordre d’au moins une fois par jour. D’ailleurs 87% des répondants le confirment dont 89% dans le milieu urbain et 82% dans le rural. Parmi les tendances relevées, on note que les plus jeunes se connectent le plus fréquemment alors que les personnes âgées entre 15 et 24 ans se connectent presque tous au moins une fois par jour. Il est à noter que l’équipement en accès Internet des ménages a été multiplié par 3,4 durant ces 11 dernières années, soit 8 ménages sur 10 équipés au niveau national. Cette évolution se veut plus importante en milieu rural. Au moment où l’accès Internet fixe exclusif n’est pas envisagé par les ménages, l’Internet mobile reste le moyen le plus privilégié. L’ANRT indique par ailleurs que 8 ménages sur 10 se déclarent satisfaits de la qualité des services d’Internet fixe. Sous un autre angle, 63% des parents confirment que leur enfants utilisent Internet. De ce fait, «l’interdiction d’utilisation d’Internet a baissé en 2020 comparé à 2019, quoique le contrôle parental se maintienne au même niveau qu’en 2019». «La limitation du temps de connexion et le contrôle direct sur écran sont les premières mesures de contrôle dans deux ménages sur trois», explique l’ANRT.

WhatsApp, YouTube et Facebook… les réseaux les plus fréquentés

L’ANRT indique par ailleurs que presque tous les usages en relation avec les services en ligne sont en progression. La progression constatée est de 128% pour les rendez-vous médicaux contre 56% pour la vente de biens et services en ligne et 27% pour l’interaction avec les administrations publiques. L’impact du confinement apparaît, également, à travers la progression d’autres indicateurs dont la participation aux réseaux sociaux. Ce dernier a, selon l’ANRT, frôlé les 100%. «Les réseaux sociaux constituent un nouveau lieu de sociabilité. Ils captent davantage d’internautes autant dans le milieu urbain que rural et autant d’hommes que de femmes», indique l’ANRT dans son enquête. Et de préciser qu’ «en dehors des internautes âgés de 75 ans et plus, toutes les classes d’âge dépassent le seuil de 95% de fréquentation des réseaux sociaux». L’ANRT constate par ailleurs une hausse de la durée de l’utilisation des réseaux sociaux. Ce taux est ainsi passé à 73% en 2020 contre 53% en 2019. Dans les détails, plus d’une personne sur 10 passe plus de 4 heures par jour sur les réseaux sociaux. L’ANRT indique dans ce sens que cette frange d’usagers a presque doublé passant à 13% en 2020 contre 7% une année auparavant. Dans le milieu rural, la fréquentation des réseaux sociaux de 4 heures et plus s’avère plus élevée que dans le milieu urbain. Il est à préciser que 80% des usages sociaux des internautes se font sur les réseaux les plus populaires. WhatsApp arrive en tête avec 27 millions d’abonnés (98,8%), suivi de YouTube qui compte 25,81 millions d’utilisateurs marocains (94,8%). Facebook pour sa part compte 22,7 millions de Marocains parmi sa communauté (83,4%). La pandémie a ouvert la voie à l’émergence de nouveaux réseaux sociaux au Maroc. A l’instar de TikTok. Se référant à l’enquête de l’ANRT, un internaute sur 3 utilise cette plateforme tandis que plus d’un internaute sur deux utilise Instagram. De même, l’usage des réseaux professionnels s’est amélioré de 33% sur ladite période au moment où Viber a disparu des radars et l’usage du Skype a reculé de 27%.

Les achats en ligne davantage prisés

Parmi les constats relevés, on note la progression des achats en ligne. Une hausse de 3 points a été constatée à ce niveau. Un phénomène que l’ANRT qualifie de remarquable en 2020 du fait que la fréquence d’achat en ligne est de 2 à 5 pour plus de trois quarts de la population. Se référant à l’enquête, on relève que 1 individu sur 4 a effectué un achat en ligne en 2020. On enregistre par ailleurs une nette évolution des sites d’achats nationaux. Ces derniers affichent une progression de 16% contre un repli de 40% pour les plateformes internationales. Interrogés sur les critères de choix d’un site d’achat en ligne, les répondants relèvent en premier la notoriété de la marque (75,4% des réponses), suivie de la sécurité du site (72,8%). Le respect des conditions générales de vente n’est évoqué que par 43% des répondants au moment où 38,2% autres se réfèrent à l’expérience d’achat au magasin et 31,3% sont motivés par le service après-vente. Cet engouement pour l’achat en ligne a été accompagné par une hausse du paiement mobile. Ce dernier a progressé de 6% en 2020 contre 2% en 2019. Toutefois le cash reste une première option de paiement pour une grande majorité d’acheteurs. 9 individus sur 10 favorisent ce recours au moment où 3 individus sur 10 payent par carte bancaire. Notons que les livraisons sont principalement effectuées à domicile.

Les outils numériques boostés dans les milieux professionnel et scolaire

La pandémie a également boosté l’usage des outils numériques dans les domaines professionnel et scolaire. 30,2% des répondants à l’enquête de l’ANRT ont indiqué avoir eu recours au télétravail ou à l’étude à distance pendant le confinement. Ce taux est de 32,6% en milieu urbain et de 25,9% en milieu rural. Cette confirmation a également été faite par 33,2% d’hommes contre 27,2% de femmes. Il ressort également que pour près d’un tiers des parents, les enfants ont été exposés à un risque accru sur Internet pendant la pandémie. Une perception qui reste moins marquée dans le milieu rural (28,1%) comparé au milieu urbain (34%).

Plus de 25 millions d’individus âgés de 5 ans et plus équipés en smartphones

L’ANRT fait également savoir dans son enquête que la téléphonie mobile a atteint une saturation qui fait légèrement varier le taux d’équipement. «La croissance du parc de téléphonie mobile progresse plus vite que la croissance démographique. Plus de 840.000 personnes se sont nouvellement équipées en téléphone mobile «, relève-t-on à ce propos. Et de préciser que 25,7 millions d’individus âgés de 5 ans et plus sont équipés en smartphones. Une augmentation notable de cet usage est observée dans les zones rurales. L’impact de la crise sanitaire s’est également traduit par l’évolution du niveau d’équipement des Marocains en PC et tablettes. 1 individu sur 4 en dispose marquant ainsi une hausse de 23% comparé à 2019. Le taux d’équipement en ces terminaux bat son plein dans le monde rural. On relève à cet effet une croissance de l’ordre de 83% contre 12% en ville.

Avec 33,86 millions d’abonnés cumulés à fin septembre 2021

Internet : Le taux de pénétration grimpe à 93,24%

Net accroissement du parc Internet au troisième trimestre de l’année. Les derniers indicateurs des observatoires du secteur des télécommunications relevant de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) laissent apparaître une tendance positive aussi bien en glissement trimestriel qu’annuel. On note ainsi 33,86 millions d’abonnements à fin septembre portant ainsi le taux de pénétration à 93,24%. Ce parc s’est ainsi consolidé de 17,78% par rapport à la même période de l’année précédente, soit un additionnel de 5,1 millions d’abonnés. Au niveau trimestriel, le parc Internet a évolué de 8,13% comparé à fin juin 2021. Notons que la part belle revient à Itissalat Al Maghrib qui détient 39,15% des parts de marché, suivi de Wana Corporate (35,27%) et Medi Telecom (25,58%). Se référant à l’ANRT, le parc de la fibre optique (FTTH) enregistre au troisième trimestre des hausses annuelle et trimestrielle à deux chiffres. Il s’est ainsi affermi de 81,91% par rapport à la même période de l’année précédente comme il s’est consolidé de 15,37% d’un trimestre à l’autre atteignant à fin septembre un cumul de 330.185 abonnés.

Pour ce qui est du parc mobile, il a atteint au troisième trimestre 31,69 millions d’abonnés marquant ainsi une hausse de 18,41% comparé à la même période de l’année précédente. Il capte ainsi 93,59% des parts globales contre 5,67% pour l’Internet filaire. Il est à noter que les abonnements de type «voix+Data» représentent 99,17% du parc Internet mobile. Ce marché reste dominé par Itissalat Al-Maghrib qui détient une part de 36,34%. Wana Corporate et Medi Telecom décrochent pour leur part des parts respectives de 37,49% et 26,7%. Pour ce qui est du segment ADSL, il ressort stable au troisième trimestre de l’année 2021. Ce parc porte sur 1,6 million d’abonnés à fin septembre 2021. Il est à préciser que plus de 43% des accès ont un débit supérieur ou égal à 10 M/bs. S’agissant de la téléphonie mobile au Maroc, le parc global ressort à 52,01 millions d’abonnés contre 48,07 millions à la même période de l’année précédente.

Le taux de pénétration est ainsi passé de 133,71% une année auparavant à 143,23% à fin septembre 2021. Notons que tous les opérateurs ont vu leur parc de la téléphonie mobile en amélioration. Itissalat Al Maghrib compte sur ce segment plus de 20 millions d’abonnés contre 16,68 millions enregistrés à la même période de l’année passée. Le parc de Medi Telecom avoisine au troisième trimestre les 17,5 millions d’abonnés. Celui de Wana Corporate est estimé à 14,56 millions d’abonnés. En ce qui concerne la téléphonie fixe, le taux de pénétration atteint à fin septembre les 6,77% pour un total de 2,46 millions d’abonnés. Itissalat Al Maghrib rafle 80,63% des lignes contre 16,23% pour Medi Telecom et 3,14% pour Wana corporate. Sur un autre volet, le parc des noms de domaine «.ma» marque une progression de 14,71% au troisième quart de l’année atteignant ainsi un cumul de 102.909 noms dont 6.985 noms enregistrés entre juin et septembre 2021. Le parc des «liaisons Data entreprises» compte à la même période 34.466 lignes, en progression de 3,59% quasi constitué des «liaisons entreprises Data nationale».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *