Ventes de ciment à fin avril 2014: La reprise tarde à venir

Ventes de ciment à fin avril 2014: La reprise tarde à venir

Les ventes de ciment au Maroc poursuivent leur trend baissier en ce début d’année 2014. En effet, les chiffres des ventes ont reculé et s’inscrivent même en grande baisse au mois d’avril écoulé alimentant la baisse annuelle enregistrée depuis janvier 2014.

Aussi, comparées à fin avril 2013, les ventes de ciment ont régressé de 2,75%. Aussi, avec un recul annuel des ventes de 3,06%, les ventes de ciment font les frais d’une conjoncture sectorielle très difficile. C’est ce qui se dégage des chiffres relatifs à l’évolution de la consommation nationale de ciment à fin novembre publiés par le ministère de l’habitat et de la politique de la ville.

En effet, depuis l’année 2012, les ventes de ciment se sont affichées en repli de 1,6%, puis de 6,4% en 2013. Une situation qui trouve son origine dans le climat d’attentisme qui caractérise le comportement des investisseurs et dans le recul de la demande, aussi bien nationale qu’étrangère.

À noter que les évolutions des ventes de ciment par région laissent paraître que la région d’Oued Eddahab-Lagouira a accusé la plus forte baisse des ventes de ciment sur tout le Royaume au cours de la période allant de janvier à fin avril 2014. Les ventes y ont reculé de 20,7% passant de 13.345 tonnes à fin avril 2013 à 10.578 tonnes à fin avril de l’année en cours.

Pour sa part, la région du Grand Casablanca, qui détient le record des ventes de ciment en termes de quantité, avec 652.923 tonnes de ciment écoulées à fin avril 2014, a enregistré un recul de 1,6% d’une année à l’autre. Par contre, la région de Guelmim-Es-Smara aura consommé à fin avril 2014 pour près de 77.790 tonnes de ciment contre seulement 62.584 tonnes à la même période en 2013, marquant, ainsi, la hausse la plus importante des ventes de ciment du Royaume chiffrée à 24,3%.

Cependant, selon les analystes de la place et les professionnels du métier, la reprise sera bientôt au rendez-vous.

En effet, eu égard au déficit actuel non encore résorbé en termes de logements sociaux évalué à 645.000 logements à fin 2013 et au coefficient relativement faible en termes de consommation de ciments évalué à 487 kg/hab/an en 2012 contre 645 kg/hab/an pour la Tunisie, le potentiel de développement du secteur demeure très important.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *