Zones logistiques : La région Dakhla-Oued Eddahab voit grand

Zones logistiques : La région Dakhla-Oued Eddahab voit grand

Dans la perspective de renforcer l’attractivité économique de la région

Le schéma directeur des zones logistiques de la région Dakhla Oued Eddahab a été présenté, mardi à Dakhla, dans la perspective de renforcer l’attractivité économique de la région.
Présenté en présence du wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, ce schéma directeur s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique et dans le sillage d’une parfaite déclinaison de son premier axe se rapportant au développement des zones logistiques et à la massification des flux de marchandises.
Dans ce cadre, l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) a présenté les résultats de l’étude de marché pour développer des zones logistiques au niveau de la région Dakhla-Oued Eddahab, portant sur la mise en place de deux zones logistiques, érigées sur une superficie de 55 ha afin de répondre aux différents besoins locaux, régionaux et internationaux, y compris les échanges avec l’Afrique subsaharienne.

Ce schéma directeur des zones logistiques comporte deux projets de zones logistiques, à savoir une zone logistique urbaine de 10 ha, située sur l’axe routier qui mène au port de la ville et aux zones industrielles et une autre de 45 ha dans la zone industrielle et logistique du port Dakhla Atlantique.
La première zone qui sera aménagée dans le port atlantique est répartie entre la distribution (14 ha), les produits agricoles (12 ha) et les produits de construction (4 ha) ainsi qu’une plateforme dédiée à la manutention des conteneurs (15 ha).
Ainsi, la plateforme de distribution sera en phase avec la mise en place du nouveau pôle urbain et le développement industriel prévu dans la zone industrielle du port, tandis que la plateforme de produits agricoles va accompagner le développement agricole de la région.
Pour la plateforme dédiée aux produits de construction, elle va soutenir les projets d’infrastructure et de développement urbain dans la région, alors que la plateforme de conteneurs contribuera à la massification des flux et à la complémentarité entre le transport routier et maritime.

Concernant la seconde zone logistique urbaine érigée sur une superficie de 10 ha, elle recevra deux types de plateformes, à savoir la distribution (6 ha) et l’agro-commercialisation (4 ha) et offrira un espace logistique moderne, comprenant, notamment, un centre routier de poids lourd, un espace logistique de nouvelle génération, un espace pour les bâtiments PME et PMI et un centre de formation, ainsi que des unités de congélation et un entrepôt de messagerie.
Cette zone permettra également de fournir des espaces dédiés aux services (une station de camions et des locaux pour les services, les transporteurs, en plus d’un centre d’accueil et de services dédiés aux personnes et aux entreprises), à même de contribuer au développement et au renforcement des infrastructures propres au développement socio-économique dans la région.
Dans ce cadre, la plateforme de distribution de 6 ha sera amorcée dans les brefs délais, en vue d’amorcer les projets logistiques dans la région. De même une convention de partenariat sera signée entre l’Etat, la région, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l’AMDL, afin de définir les obligations financières, ainsi que les modalités de mise en œuvre.

S’exprimant à cette occasion. Le wali a souligné que cette rencontre s’inscrit dans le cadre du suivi et de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique, en tant que chantier royal, qui vise à développer un réseau national intégré de zones logistiques à travers des chaînes logistiques efficientes et des formations spécifiques dédiées aux métiers de la logistique.
Dans cette lignée, il a rappelé que des réunions ont été tenues à l’échelle régionale avec les différentes parties prenantes, afin d’élaborer un plan régional pour les zones logistiques, à même d’examiner les sites d’implantation des zones logistiques dans la région et d’assurer leur mise en œuvre.
Dans une déclaration à la presse, le directeur général de l’AMDL, Mohamed Yousfi, a souligné que ce schéma a été élaboré en parfaite concertation avec tous les acteurs publics, économiques et professionnels, notant qu’il peut évoluer en fonction de la dynamique que connaît la région.

«D’autres activités économiques qui vont s’installer dans la région vont demander plus de foncier logistique», a-t-il poursuivi, soulignant que l’AMDL est disposée à accompagner la région dans ce sens et prévoir d’autres zones logistiques, en vue de développer des infrastructures de qualité à même de soutenir le développement des activités logistiques.
A cette occasion, l’accent a été mis sur la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique qui a identifié le besoin de développer un réseau national intégré de zones logistiques (Schéma national intégré des zones logistiques) à travers les 12 régions du Royaume sur une superficie globale d’environ 3.300 ha à l’horizon 2030.
Ont notamment pris part à cette rencontre, le gouverneur de la province d’Aousserd, Abderrahaman El Jaouhari, le directeur de développement des zones logistiques à l’AMDL, Tarik El Bahlouli, les acteurs économiques, ainsi que des élus et des chefs des services extérieurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *