Editorial

Assougass ambarki

© D.R

Cela témoigne de la diversité culturelle de notre pays. La composante amazighe a un poids important dans notre identité plurielle et riche au même titre que l’arabe et l’Islam. C’est une constante de la Nation marocaine. Comme à chaque Nouvel An, l’avènement de «Yennayer» est aussi l’occasion de dresser le bilan.

Dans ce sens, le Nouvel An amazigh débute cette année alors que la loi organique sur cette langue, devenue officielle dans notre pays depuis 2011, se fait toujours attendre. A quelques mois de la fin de la Législature actuelle, le calendrier devient un peu serré pour le gouvernement. La bonne nouvelle c’est que le Maroc se positionne aujourd’hui comme une véritable locomotive pour la promotion de la culture amazighe en Afrique du nord.

L’exemple marocain fait des émules puisque l’Algérie veut aussi rendre l’amazigh une langue officielle dans le projet de sa nouvelle Constitution. Sur ce, nous souhaitons à tous les Maghrébins un excellent Nouvel An amazigh.

Articles similaires

EditorialUne

Volume et valeur

Avec des arrivées de près de 7,4 millions de touristes enregistrées à...

Editorial

Décrochage

50.000 enfants en âge de scolarité mais qui étaient en dehors de...

EditorialUne

Je crie donc je suis

Certains élus n’ont visiblement pas encore compris qu’à l’image du Maroc qui...

EditorialUne

Appels d’air

Un des effets induits connus des programmes sociaux est leur propension à...