Editorial

Convictions profondes

© D.R

Le Patron de l’hebdomadaire français «Le point» n’aime pas l’Islam. Et il le dit haut et fort. C’est son droit le plus absolu. Et il exprime là ses convictions mêmes si celles-ci heurtent la foi, et justement les convictions, de plus d’un milliard de personnes sur terre. Le 24 octobre sur LCI, le bon Monsieur Imbert a déclaré : «Je suis un peu islamophobe, ça ne me gêne pas de le dire. (…) J’ai le droit, je pense (et je ne suis pas le seul dans ce pays), à penser que l’Islam, (je dis bien  » l’Islam « , je ne parle même pas des islamistes) en tant que religion, apporte une certaine débilité (…) qui en effet me rend islamophobe. (…) Il n’y a aucune raison, sous le prétexte de la tolérance, (…) de s’abaisser jusqu’à renier des convictions profondes.» C’est clair, net et sans bavure. Il est incontestable que la liberté de penser de Claude Imbert lui fait tenir des propos racistes, antisémites, xénophobes et haineux. Quelle cause cela peut-il servir de heurter de front, à la veille du mois sacré du ramadan une communauté de croyants de la sorte sous couvert d’un exercice flamboyant, et éminemment intellectuel, d’une espèce d’autonomie de pensée? Aucune. Ni en France ni ailleurs. Ses propos ne servent même pas leur auteur. Trop grossiers, trop primitifs et assez peu intelligents. Claude Imbert contre l’Islam. La belle affaire, il ne manquait plus que cela. Aussi profondes que soient ses convictions, non, merci. Maintenant que tous les racistes, les extrémistes, les antisémites de l’Hexagone se repaissent de ces considérations haineuses c’est une autre paire de manches. Il devient objectivement, avec d’autres bien sûr, le porte-étendard de cette anti-humanité. Les «convictions profondes», sans valeurs, l’histoire nous l’a démontré, mènent à tout. Même à la plus ignoble des lâchetés et à la plus innommable des forfaitures. Elles font écrire la Gestapo. Elles font jeter des innocents dans la Seine. Elles font remplir le Vel d’hiv. Elles font torturer des résistants. Elles font chanter «Maréchal nous voilà!» Elles font un triomphe à «Mein kampf». Elles font aussi sauter les tours Jumelles de New York. Elles font tuer des innocents à Casablanca. Vous l’avez compris, on peut continuer longtemps cette énumération sordide. Des convictions profondes. Tous les grands criminels de l’histoire de l’humanité en avaient. Le problèmes des convictions n’est pas qu’elles soient profondes ou pas. Il faut juste qu’elles nous disent de quelle humanité elles se réclament, c’est tout. Claude Imbert ne nous répond pas sur ce point. Et c’est dommage pour lui. Le moins que l’on puisse faire face aux propos de ce Monsieur Imbert est d’arrêter, si cela nous arrivait, de lire «Le Point». Nous aussi, nous sommes libres de le faire.

Articles similaires

EditorialUne

Intégration

La transformation en marche de l’industrie marocaine nécessitera, entre autres facteurs de...

EditorialUne

Enfance confisquée

La place naturelle d’un enfant de moins de 17 ans est l’école...

EditorialUne

Effets instantanés

À peine mis en marche, le nouveau cadre légal incitatif des investissements...

Editorial

Bénévolat

Faire des jeunes un agent de transformation et d’amélioration du cadre de...