Editorial

Édito

© D.R

Le Maroc s’en est finalement pas mal sorti lors de sa sortie sur le marché international. Vu la conjoncture actuelle marquée par une profonde crise au niveau international, le Royaume semble même réussir une belle prouesse. Le pays vient donc de négocier avec succès son emprunt obligataire sur le marché financier international d’un montant de 1,5 milliard de dollars, alors que l’objectif initial n’était que d’un milliard de dollars. Mais le vrai succès réside dans l’obtention des négociateurs marocains d’un taux d’intérêt très correct. Ainsi, la première tranche de l’emprunt qui porte sur un montant de 1 milliard de dollars d’une maturité de 10 ans connaîtra l’application d’un taux d’intérêt de 4,25%, soit 0,25% de moins par rapport à la première sortie sur le marché en 2010. La deuxième tranche d’un montant de 500 millions de dollars, est assortie, quant à elle, d’une maturité de 30 ans avec un taux d’intérêt de 5,50%. Même s’il manque encore des détails sur les frais d’assurance payés et qui peuvent être très importants, le ministère des finances s’offre là une bonne bouffée d’oxygène tout de même.

Articles similaires

EditorialUne

Realpolitik

A l’instar de ses homologues espagnole et américaine, la classe politique britannique...

Editorial

Aveu d’incapacité ?

Un parti politique qui choisit le format de la lettre ouverte au...

Editorial

Facteur travail

Comme pour tous les secteurs productifs, la performance du secteur agricole est...

EditorialUne

L’objectif et les moyens

On y est ! Le gouvernement vient de mettre en marche progressivement...