Edito : Avantages comparatifs

Edito : Avantages comparatifs

Le système fiscal marocain est aujourd’hui définitivement labellisé comme répondant aux standards très rigoureux de l’Union européenne, ce qui lui a valu d’être enfin retiré de la fameuse liste grise.

Transparent en termes d’échange d’informations et de renseignement, favorisant une concurrence fiscale équitable puisqu’il ne comporte pas de pratiques ou de régimes dommageables et, enfin, basé sur des taux d’imposition qui ne favorisent pas l’évasion fiscale à travers les sociétés-écrans, l’arsenal fiscal marocain est reconnu comme étant fiable. Cela mérite d’être souligné car dans la liste grise, il y a encore des pays comme la Turquie, l’Australie, la Thaïlande ou encore la Jordanie, la Jamaïque. L’administration marocaine, surtout fiscale, a su donc faire preuve de diligence et de réactivité là où d’autres, et non des moindres, ont échoué.

Cela dit, la mise en conformité de la fiscalité marocaine avec les standards européens n’est que la partie visible d’un mouvement plus large à l’échelle mondiale visant à lutter contre toutes les formes de concurrence déloyale entre pays. C’est une bonne leçon et un bon apprentissage collectif pour tous les acteurs du champ législatif et économique pour pouvoir à l’avenir anticiper des situations similaires.

Dans les années et décennies qui viennent, le Maroc sera de plus en plus en compétition mondiale avec des économies avancées qui ne feront pas de cadeau aux opérateurs marocains. Les avantages comparatifs de l’économie marocaine ne seront plus seulement le coût bas de sa main-d’œuvre ou de ses intrants mais sa capacité à produire mieux et plus tout en respectant durablement les standards mondiaux en termes de conformité sociale, de qualité et d’excellence…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *