Edito : Biais statistiques

Edito : Biais  statistiques

Bank Al-Maghrib vient de publier pour la première fois un rapport complet, détaillé et bien renseigné sur le tissu des entreprises et plus particulièrement les TPME grâce à son observatoire dédié à la question (voir notre focus)


Le document donne une image intéressante de l’état du tissu des TPME marocaines qui est probablement la plus fiable du moment au vu de la crédibilité de la source.
Au-delà de l’intérêt des éléments d’information apportés, le document fournit des données arrêtées à fin 2018. Et statistiquement, il ne pouvait pas faire mieux car, comme l’expliquent les rédacteurs du rapport, les chiffres officiels mettent plusieurs mois pour être transmis et plusieurs mois pour être traités et exploités. Ainsi, cette «photo» nous renseigne sur l’état des TPME, mais il y a deux ans !

Or, pour ceux qui sont censés travailler sur des politiques publiques adressées à cette catégorie d’opérateurs, beaucoup de choses peuvent avoir changé en l’espace de deux ans. C’est là un biais statistique handicapant. Mais en matière de chiffres, il y a plus flagrant et plus incroyable.

Ainsi, il faut croire qu’aujourd’hui, personne au Maroc ne dispose d’un chiffre qui peut paraître plus que basique, à savoir le nombre de décès exact sur une durée donnée, un jour, un mois ou un an. Même la plus haute autorité statistique du pays, en l’occurrence le HCP, ne dispose pas d’une telle donnée pourtant cruciale pour les politiques publiques. Les seuls indicateurs, nous dit-on, qui existent sur la mortalité au Maroc sont des résultats de déductions et de calculs et non pas d’un comptage exhaustif qui serait pourtant facile à travers un simple relevé des déclarations de décès obligatoires sur les registres de l’état civil !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *