Edito : Blanchiment

Edito : Blanchiment

Le Maroc veut muscler son dispositif contre le blanchiment d’argent.

Il faut dire que les autorités ont pris au cours des dernières années plusieurs mesures sur le plan légal et juridique à la fois pour resserrer l’étau contre les réseaux criminels mais également dissuader toutes les organisations ou personnes malintentionnées. En quelques années, le Maroc a pu rattraper son retard. Dans ce sens, le nombre des affaires traitées ne cesse d’augmenter d’année en année grâce à l’implication de toutes les parties concernées. L’adoption de nouvelles lois et l’amendement du code pénal vont dans le même sens. Il est question ainsi de verrouiller les procédures pour minimiser le risque. Il en va ainsi de l’image du pays à l’échelle internationale. Le Royaume ne compte pas s’arrêter à ce niveau.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les autorités comptent s’ouvrir sur d’autres corps de métiers pour élargir le champ des procédures de contrôle. Ce fut le cas il y a quelques jours avec l’implication des notaires. Cette nouvelle mesure est de nature à rendre les opérations de contrôle plus larges et efficaces.
Il faut préciser cependant que le blanchiment d’argent est un phénomène mondial. C’est d’ailleurs l’une des grandes difficultés auxquelles tous les gouvernements de la planète font face depuis des décennies déjà. Car derrière les opérations de blanchiment se trouvent souvent des réseaux criminels internationaux agissant à la fois dans plusieurs pays. Ces réseaux n’hésitent pas à exploiter la moindre faille pour mener à bien leurs opérations. Ils ont des moyens considérables pour parvenir à leurs fins.

C’est pour cette raison que la lutte contre le blanchiment est une quête perpétuelle pour le monde entier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *