Edito : Comptage cynique

Edito : Comptage  cynique

Décidément rien ne pourra jamais arrêter le cynisme dont peuvent faire preuve certains analystes et experts mondiaux issus du monde des affaires et plus particulièrement de l’univers impitoyable de la finance.

Pas même une hécatombe sanitaire et humaine de l’ampleur de celle qui souffle actuellement sur le monde. Depuis la mi-janvier, aux quatre coins du globe, les Etats, gouvernements, autorités sanitaires, communautés médicales et ONG se battent contre le coronavirus et font la course contre la montre pour freiner la propagation. Mais pendant ce temps, la sphère de la finance n’a d’yeux que pour les écrans des places boursières à la fin de journée pour compter les pertes. Certes, le préjudice que portera l’épidémie à l’économie mondiale sera lourd et sera de longue portée dans le temps.

Annulations de voyages et de grandes rencontres d’envergure internationale, perturbation des chaînes d’approvisionnement de l’industrie, ralentissement, voire gel des trafics aérien et maritime à l’échelle planétaire, perte de ressources pour la production et fermeture d’usines à cause du confinement de millions de personnes chez elles…tout cela sera synonyme de pertes monumentales pour l’économie mondiale que le FMI a déjà évaluées entre 0,5 et 1 point du PIB mondial. Mais les financiers, eux, chiffrent les pertes en des termes bien plus alarmants.

Ainsi, certains d’entre eux avancent déjà la perte sur la capitalisation mondiale de l’ensemble des Bourses qui aurait atteint, selon eux, le chiffre faramineux de 16.000 milliards de dollars ! Mais les champions des prévisions cyniques parmi les financiers sont ceux qui sont allés jusqu’à faire le rapport entre ces pertes en Bourse et le nombre de décès par le coronavirus, quelque 4.012 à la date du 10 mars, avec pour résultat, le constat suivant : chaque mort aura coûté 4 milliards de dollars à la bulle financière mondiale. Qui a dit que la vie humaine n’avait pas de prix ! Plus cynique, on meurt…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *