Edito : Courbe d’apprentissage

Edito : Courbe  d’apprentissage

Qui aurait cru, il y a une dizaine d’années, que la puissante communauté des grands taxis allait enfin accepter d’abandonner le vieux véhicule fétiche, en l’occurrence la fameuse Mercedes 240 ?

Tout le monde se rappelle comment les propriétaires de grands taxis à travers le Maroc et notamment dans les grandes villes comme Casablanca avaient fait preuve d’une opposition farouche quand l’Etat les avaient invités à changer leurs vieux tacots contre des véhicules neufs. Ils étaient même allés jusqu’à refuser l’incitation financière publique, une subvention conséquente, sonnante et trébuchante. Aujourd’hui, les chiffres démontrent qu’au fil des années, les exploitants de taxis ont fini par se rendre à l’évidence que le renouvellement du parc était inévitable et surtout présentait des avantages aussi bien pour leur propre sécurité que celle de leur clientèle sans parler de l’amélioration des conditions de transport pour tous.

C’est là une micro-expérience qui résume parfaitement le process de changement et qui peut s’appliquer tout aussi bien aux grandes réformes. Et pour les mener à bien, il n’y a pas de recette miracle mais des ingrédients obligatoires : de la fermeté, certes, mais aussi et surtout de la pédagogie et du dialogue pour expliquer et faire partager une vision commune par tous…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *