Edito : Discerner

Edito : Discerner

La crise sanitaire du Covid-19 a mis les pays et les gouvernements du monde entier devant une équation des plus difficiles.

Il est évident que LA première urgence est de sauver les vies. Ensuite, deuxième urgence, les Etats devront penser à sauver les entreprises pour éviter que les économies ne s’effondrent et que les ménages et les populations ne se retrouvent sans ressources. Mais l’autre partie qui rend l’équation compliquée est que les Etats doivent eux aussi rester forts pendant et surtout après la fin de la crise sanitaire. C’est après que l’effort de reconstruction de l’économie nécessitera encore des moyens et des ressources encore plus importants. Or, si entre-temps, les Etats ont mis toutes leurs ressources dans la lutte sanitaire et le soutien financier aux entreprises et aux ménages, il leur sera difficile d’assurer le post- crise.

Au Maroc, et depuis le début de l’épisode Covid-19, le gouvernement, souvent à travers le ministère des finances, a fait le job soit en mettant rapidement en place les mesures économiques et sociales d’urgence, soit aussi en envoyant des signaux rassurants quant à la poursuite des activités de l’administration et plus spécialement des commandes publiques. Cela dit, il est incompréhensible, en pareille conjoncture catastrophique, que le gouvernement ne prenne pas lui aussi des mesures pour réaliser des économies sur son train de vie et son budget des dépenses. Un projet de décret est d’ailleurs déjà prêt dans ce sens et devra être adopté et mis en marche cette semaine.

Economiser est très louable, certes. Mais attention : le plus important est que le gouvernement fasse preuve de discernement pour ne pas paralyser la machine économique…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *