Edito : Exploration

Edito : Exploration

La mise au point, il y a quelques jours, d’un lit de réanimation 100% marocain, est un fait très révélateur à plusieurs égards.

Même si certains éternels sceptiques chercheront toujours à minimiser cette réalisation, il n’en demeure pas moins qu’elle constitue une avancée pour l’industrie et l’économie marocaine tout entière. Car elle prouve que les industriels marocains ont encore beaucoup de domaines et de filières à explorer et à exploiter avec, à la clé, du bon business à faire. Même après la fin de la pandémie, un lit médical, de réanimation, un dispositif de respiration artificielle, un thermomètre à infrarouges et bien d’autres équipements, seront toujours nécessaires pour le secteur de la santé.

Ce sont, en plus, des produits et articles importés dans leur quasi-totalité et qui, donc, mobilisent des volumes faramineux, en milliards de dirhams, en devises. Quel que soit le volume de la production de ces équipements locaux, ils constitueront incontestablement une économie de devises. D’un autre côté, leur production est synonyme de création de valeur et d’emplois pour l’économie nationale. Mais bien plus que cela, ce sont là les embryons de ce que pourrait devenir l’industrie marocaine dans quelques années et de ce qu’elle est capable de réaliser. En dehors de la santé, il y a assurément d’autres filières à explorer et sur lesquelles le Maroc pourrait rapidement et facilement se positionner. Rien n’est impossible. La preuve, il y a 15 ans, le Maroc n’apparaissait nulle part sur la carte mondiale de l’industrie automobile. Mais pour cela, il faut une vision, une démarche volontariste de la part de tous les acteurs, y compris l’Etat et, évidemment, une bonne dose d’audace et de créativité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *