Edito : Indicateur

Edito : Indicateur

L’exercice qui devrait démarrer incessamment pour l’élaboration de la loi de Finances rectificative sera le véritable indicateur coloré quant aux vraies convictions et orientations du gouvernement concernant la sortie de crise.

Les thèses, hypothèses, argumentaires et choix qui seront pris renseigneront sur la lucidité et le sens des priorités. Si les orientations prises s’avèrent être plus dominées par des considérations d’ordre programmatique et de nature comptable, cela veut dire que la préoccupation majeure des politiques qui sont aux commandes est de faire face à la crise budgétaire de l’Etat avant tout.

Préservation des équilibres, endettement limité, rationalisation voire baisse de la commande publique et dépenses y compris celles d’investissements, ce sont là les principales options que prendrait un comptable public pour préserver son budget. Or, et c’est là la deuxième option possible, préserver les équilibres budgétaires de l’Etat est étroitement tributaire de la relance vigoureuse de l’activité. Et pour cela, il n’y a pas d’autres choix possibles :

le soutien et l’accompagnement des opérateurs économiques, publics et surtout privés, sera un passage obligé et devra s’installer comme mode opératoire sur une longue durée, au moins pour les 18 mois à venir. L’Etat tire sa force, entre autres, de la bonne santé de l’économie et des opérateurs qui sont à l’origine de la majeure partie des ressources du budget. C’est là un vieux principe d’économie politique à ne surtout pas oublier…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *