Edito : L’arme des faibles

Edito : L’arme des faibles

En recourant à la justice en territoire français contre les diffamations publiées et relayées par des médias français, entre autres, au sujet de l’affaire Pegasus, le Maroc donne la meilleure assurance quant au bien-fondé de sa position claire et transparente à ce jour.

Mais au-delà des confirmations qu’apporteront probablement les magistrats au vu de la vacuité flagrante des allégations, le Maroc continue au fil des jours d’apporter un autre type de réponses qui ne font que le renforcer sur la scène internationale, y compris en Europe, comme étant un pays sérieux et fiable.

Sinon comment expliquer, par exemple, que de grandes entreprises mondiales continuent encore et toujours d’envisager leurs grands projets au Maroc qui induisent nécessairement des investissements très lourds et sur plusieurs années si ce n’est que ces mêmes investisseurs se sentent en totale confiance quant à l’avenir.

Un Etat voyou, comme il en existe dans le monde y compris en Europe, ne peut pas inspirer la confiance de manière durable et permanente. Depuis quelques années, par son activisme économique et sa capacité à disposer d’une vision claire qu’il traduit dans ses paroles et ses actes, le Maroc a réussi à bâtir son image d’aujourd’hui.

A défaut de se mesurer à lui sur le terrain de la performance et du sérieux, certains esprits faibles n’ont d’autres armes que celle des faibles, le mensonge.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *