Edito : Les vraies urgences

Edito : Les vraies urgences

Dans son dernier discours du Trône, le Souverain a sommé le gouvernement, et à travers lui toute la classe politique, ainsi que les hauts responsables et décideurs publics, pour la mise en place de dispositifs urgents à la lumière des enseignements de la crise sanitaire.

Le premier volet important est celui de la relance de la machine économique à travers l’injection de fonds conséquents, 120 milliards de DH, et l’instauration d’un Fonds d’investissements dans un esprit de partenariat public-privé.

Ce sont là des mesures que la communauté des affaires et le secteur privé attendaient avec impatience et espéraient notamment dans le cadre de la loi de finances rectificative. En vain, car le gouvernement, lui, avait une autre vision des choses et une conception différente des urgences et des priorités. Le discours royal a remis les pendules à l’heure.

L’autre volet, dont le discours est venu rappeler l’urgence, concerne les filets sociaux au Maroc. Cela fait 16 ans que l’on parle d’une réforme urgente des systèmes de retraites au Maroc et surtout de la généralisation de la protection sociale au plus grand nombre de citoyens marocains. Mais depuis 2004, et à l’exception de quelques petites avancées, les différents gouvernements qui se sont succédé n’ont fait que se refiler ce dossier délicat sans réellement s’y attaquer sérieusement.

La crise sanitaire l’a montré : la résilience de l’économie est affaiblie à cause des conditions de précarité dans laquelle vivent des millions de familles en raison justement de l’absence de filets sociaux efficaces. Cela n’a que trop duré et aujourd’hui, la consigne est claire : dans 5 ans, la généralisation devra être une réalité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *